BFM Business

Les pétroliers priés de favoriser davantage les biocarburants 

Le bioéthanol fait son grand retour dans le réseau de distribution français

Le bioéthanol fait son grand retour dans le réseau de distribution français - Capture BFMTV

Le nombre de pompes distribuant du superéthanol ayant été jugé trop faible par le gouvernement, les pétroliers ont été rappelé à l'ordre. Apparu au milieu des années 2000, ce carburant plus propre devrait être plus facilement disponible.

Alors qu'il y en avait moins de 400 il y a deux ans, plus de 600 pompes de superéthanol sont aujourd'hui opérationnelles en France. Soit l'ouverture, en moyenne de plus d'une pompe par semaine dans l'Hexagone. Un paradoxe lorsqu'on sait le désamour des automobilistes pour ce carburant distribué sous l'appellation E85 en stations. Avec moins de 30.000 véhicules flexfuel en circulation en France, les clients se font rares. 

L'intérêt soudain des pétroliers pour ce carburant s'explique par... la carotte fiscale. En effet, les compagnies risquent une pénalité de 150.000 euros s'ils ne disposent pas dans leur parc de 7% de stations distribuant ce biocarburant. On comprend donc mieux la fibre écologique qui frappe soudainement des groupes comme Total ou Esso. 

Les constructeurs vont présenter de nouveaux modèles

Les consommateurs y trouveraient aussi leur intérêt. D'une part, le litre de superéthanol est environ 60 centimes moins cher que le litre d'essence. La carte grise des véhicules flexfuel est également gratuite dans 20 des 22 régions françaises. Pourtant aujourd'hui, il n'y a plus que Jeep qui commercialise son Grand Cherokee dans une version flexfuel. 

Les autres constructeurs pourtant ne devraient pas tarder à revenir sur ce marché. Le premier à saisir l'opportunité est Volkswagen. La marque commercialisera dans les prochaine semaines trois versions de son emblématique berline compacte, la Golf, équipée d'un moteur à bicarburation.

Mathieu Sévin édité par A.M.