BFM Business

Les Chinois vont puiser du pétrole aux Etats-Unis

La Chine, qui dispose des plus vastes réservves de gaz de schiste au monde, veut apprendre des Américains comment l'extraire

La Chine, qui dispose des plus vastes réservves de gaz de schiste au monde, veut apprendre des Américains comment l'extraire - -

Sinopec va racheter des actifs dans un gisement énergétique de l'Oklahoma. Le Chinois a noué une joint-venture avec l'Américain Chesapeake. De quoi préserver la sensibilité des partisans du patriotisme économique.

Des entreprises chinoises sur le point de pomper du pétrole sur le sol américain, cela ne choque visiblement plus personne outre-Atlantique. Sinopec a annoncé lundi 25 février son intention de racheter des actifs dans un gisement de pétrole et de gaz de l'Oklahoma. Il compte racheter 50% des parts de l’Américain Chesapeake pour plus d’1 milliard de dollars. Une joint-venture qui ne paraît pas heurter la sensibilité, pourtant exacerbée sur ce thème, des Américains.

En 2005, le numéro un du pétrole chinois avait suscité une grande émotion en essayant d'acheter la compagnie pétrolière américaine Unocal pour 18 milliards de dollars. A l’époque, il s’était heurté à une levée de bouclier au nom du patriotisme économique. Si bien que le deuxième groupe chinois en termes de profits avait dû renoncer.

Mais les Chinois sont revenus à la charge, plus discrètement, sous forme de joint-ventures. Ils ont trouvé un partenaire très intéressé : l'Américain Cheasapeake, le numéro 2 du secteur en grande difficulté financière depuis que le gaz de schiste a fait baisser les prix.

Feu vert pour CNOOC en Oklahoma

A cela s'est ajouté, en décembre dernier, un feu vert moral venu du Canada qui n'a pas hésité à vendre à CNOOC, le géant pétrolier chinois, une de ses compagnies pour 15 milliards de dollars. C'est ainsi que l'annonce d'un investissement chinois d'1 milliard de dollars dans le pétrole de l'Oklahoma passe comme une lettre à la poste.

Ce qui était impossible en 2005 est devenu possible en 2013. Selon un schéma bien connu : les Américains ont besoin d'argent, les Chinois ont besoin de pétrole. Et ils ont aussi besoin d'apprendre à maîtriser une technologie très avancée aux Etats-Unis : celle de l'exploitation gaz de schistes. Car les plus grosses réserves du monde sont en Chine…

De notre correspondant à New York Jean-Bernard Cadier et BMFbusiness.com