BFM Business

Les anti-Linky se mobilisent dans toute la France ce 5 mai

Le 5 mai, les collectifs anti-Linky se mobilisent pour afficher leur opposition au déploiement national du compteur connecté d'Enedis.

Le 5 mai, les collectifs anti-Linky se mobilisent pour afficher leur opposition au déploiement national du compteur connecté d'Enedis. - Damien Meyer - AFP

Le ton monte entre Enedis (ex-ERDF) et les usagers qui refusent d'abandonner leur vieux compteur électrique pour le modèle connecté. Les collectifs anti-Linky veulent faire du 5 mai un jour de contestation nationale.

Le 5 mai va-t-il devenir un jour de contestation nationale ? Les opposants d’Emmanuel Macron ont choisi ce jour pour afficher leur opposition aux mesures du Président de la République et en même temps un mouvement national a décidé d’afficher son refus d’utiliser les compteurs électriques intelligents Linky d’Enedis.

Des milliers de personnes ont rejoint les associations et les collectifs anti-Linky pour se mobiliser dans toute la France en organisant des manifestations, des marches, des réunions d’information pour conserver les vieux compteurs électriques. Une chaîne humaine est programmée dans le Vercors. Pour ces opposants, le nouveau modèle, qui est connecté, menace leur liberté en donnant accès à leur vie privée via les données et pose des risques sanitaire à cause des ondes électromagnétiques.

Ils redoutent aussi que les fournisseurs d’accès limitent la consommation électrique lors des pics d’utilisation et enfin, que leur facture explose pour financer ce projet. L'installation des 35 millions de compteurs dans toute la France d’ici 2021 représente un coût de 5 milliards d’euros. À ce jour, 7 millions de compteurs auraient déjà été installés.

Données, ondes et tarifs

La plupart de ces craintes ont été réfutés par des organismes publics. L’ANFR (Agence nationale des fréquences) estime que les ondes sont très inférieures à celles émises par des appareils électriques classiques. Les données, elles, sont protégées par un règlement européen qui entrera en vigueur le 25 mai. Les tarifs seront d'une part calculés sur la consommation réelle, mais aussi, comme l'indique l'Ademe, la concurrence pourrait faire baisser les prix pour attirer les clients.

Mais rien n’y fait, les opposants n’en veulent pas et la tension monte avec les techniciens qui installent les nouveaux compteurs. Certains usagers évoquent des erreurs de facturation qui auraient fait exploser le montant à payer. D’autres se plaignent de bugs depuis l’installation du compteur connecté. La Voix du Nord rapporte des lumières qui s’allument toutes seules. La Nouvelle République signale que chez un couple, l’électricité se coupe brutalement plusieurs fois par jour.

Agressions et bousculades

La presse locale se fait l’écho d’évènements parfois violents. Dans le Var, l’un d’entre eux s’est retrouvé à l’hôpital après une agression. Une enquête est en cours. Selon France3 Bretagne, une retraitée aurait été blessé après une altercation avec un technicien et un couple a porté plainte pour violence verbale et intimidation. Les installateurs mandatés pour installer Linky se font expulser sans ménagement par les usagers. Ils doivent parfois intervenir accompagnés d’huissiers et de forces de l’ordre.

L’affaire prend désormais une tournure juridique. Les collectifs ont organisé une action rassemblant, ils l'espèrent, 5000 personnes. Ils viennent de saisir 22 tribunaux de grande instance dans toute la France qui devront déterminer s’ils ont le droit de refuser le changement de compteur électrique. Sur son site, Enedis rappelle que l’installation du compteur est obligatoire et que l’opération est gratuite.

L’opérateur admet de possibles dysfonctionnements. Il a ouvert un numéro vert pour contacter ses conseillers. Quant aux coupures de courant, Enedis indique qu’elles pourraient être due "à un dépassement de la puissance souscrite dans le contrat avec votre fournisseur".

Pascal Samama