BFM Business

Le Pôle Nord commence à faire de l'ombre au canal de Suez

Le Pôle Nord est un enjeu économique.

Le Pôle Nord est un enjeu économique. - Coast Guard - Flickr - CC (photo d'illustration)

Le nombre de navires empruntant la route du Nord progresse à grande vitesse. Pour les entreprises chinoises, éviter le canal de Suez fait gagner une quinzaine de jours.

Le réchauffement climatique intéresse doublement les Etats qui se partagent les terres glacées du Pôle Nord, Russie, Etats-Unis et Canada. L'enjeu est énorme. 13% et 30% du gaz non-découverts dans le monde seraient dans les sous-sols de l'Arctique. Mais les ressources énergétiques ne sont pas le seul enjeu. La fonte de la banquise a également ouvert une nouvelle route maritime. Le trafic y est en forte expansion. L'année dernière, 631 navires ont obtenu l'autorisation de passer par cette route au nord de la Russie, note Quartz. Un record.

La plupart ont dû renoncer. 53 bâtiments seulement ont effectivement effectué le voyage. On est encore bien loin des 17.000 bateaux -pétroliers, vraquiers et autres cargos qui transitent par le canal de Suez. Mais ce nombre est en nette progression puisqu'en 2010, seuls 4 navires avaient tenté l'aventure. Et tout laisse à penser que dans les dix années à venir, ils seront bien plus nombreux que cet été.

Les entreprises chinoises principales gagnantes

La raison de cet engouement grandissant? Passer par le Pôle Nord est bien plus rapide que transiter par le canal de Suez, surtout pour les marchandises et les matières premières à destination ou en provenance de Chine. Les entreprises chinoises peuvent y gagner jusqu'à 15 jours rapporte le JDD. Un gain de temps et donc de carburant. La Chine l'a bien compris qui a mis en chantier la construction d'une douzaine de brise-glace. Avec en ligne de mire, l'espoir qu'à terme cette route maritime puisse être ouverte une bonne partie de l'année. 

D. L.