BFM Business

Le plan énergétique de Royal pour la Guyane entre en vigueur

Portée par Ségolène Royal, la programmation pluriannuelle de l'énergie applicable en Guyane est parue du Journal officiel. (image d'illustration)

Portée par Ségolène Royal, la programmation pluriannuelle de l'énergie applicable en Guyane est parue du Journal officiel. (image d'illustration) - Stéphane de Sakutin - AFP

Un arrêté paru au Journal officiel précise les grandes orientations énergétiques de la Guyane pour les années futures. Selon ce plan élaboré par le ministère de l'Écologie, le territoire d'outre-mer devrait être autonome en énergie à l'horizon 2030.

Voilà une bonne nouvelle pour la Guyane, paralysée depuis deux semaines par un mouvement de grève initié notamment par le collectif des "500 frères". Alors que ces derniers réclament un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros, un arrêté paru au Journal officiel valide la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) applicable dans collectivité territoriale d'outre-mer.

Élaboré et validé mi-mars par les services de Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie et ceux de Rodolphe Alexandre, le président de la Collectivité territoriale de Guyane, ce document fixe les grandes orientations énergétiques de la Guyane pour les années à venir. Obligatoire en métropole, dans les DOM-TOM et en Corse depuis l'adoption de la loi de transition énergétique, cette feuille de route prévoit notamment que la Guyane acquière son indépendance énergétique à l'horizon 2030.

Plus d'énergies renouvelables, moins de consommation 

Dans le détail, la PPE guyanaise (révisable fin 2018) stipule qu'à l'horizon 2023, la part des énergies renouvelables dans la production locale d'électricité dépassera 85%.

"La transition énergétique et la croissance verte constituent un défi et une véritable chance pour la Guyane qui recèle un formidable potentiel de déploiement des énergies renouvelables" souligne, dans un communiqué, Ségolène Royal. 

Pour y parvenir, la Guyane va devoir renforcer ses capacités de production dans l'hydroélectricité, la géothermie, l'éolien ou encore le solaire. Afin de faciliter le déploiement de cette dernière source d'énergie, un tarif d'achat spécifique, en augmentation de 35%, a été mis en place. Il passe ainsi de 126 euros par mégawattheure (MWh) produit à 175 euros par mégawattheure. 

Un meilleur accès à l'énergie 

Le plan met également l’accent sur le développement des énergies renouvelables thermiques (pompes à chaleur, solaire thermique, bois…) "permettant d’éviter, selon le ministère de l'Énergie, plus de 36 gigawattheures (GWh) de production électrique". Enfin, des mesures d'efficacité énergétique (réduction de la consommation, suppression des consommations inutiles) doivent permettre à la Guyane de réduire de 17% (soit 150 GWh) sa consommation électrique annuelle.

La programmation pluriannuelle de l'énergie guyanaise prévoit également la mise en place d'un syndicat mixte d'électrification de la Guyane. Une structure destinée à aider les communes rurales à développer leur réseau électrique et à structurer la gestion des aides du fonds d'électrification rurale, abondé par les distributeurs d'électricité comme EDF, Direct Énergie ou encore Eni. Enfin, le document prévoit "l'élaboration d'un schéma régional des infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides d'ici à 2018"

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV