BFM Business

L'idée bretonne pour rendre les machines à café plus écologiques

Une fois le café bu, le gobelet plastique vient gonfler la masse des déchets. Sauf s'il est réutilisable.

Une fois le café bu, le gobelet plastique vient gonfler la masse des déchets. Sauf s'il est réutilisable. - P.K.

"De jeunes entrepreneurs rennais ont développé Newcy, un service permettant de troquer les gobelets jetables des machines à café par des modèles réutilisables. Seul effort demandé aux utilisateurs: les jeter après usage dans les bacs de collecte."

La pause-café, si chère aux salariés, peut se révéler nuisible pour l'environnement. Il suffit de regarder les poubelles où s'empilent les gobelets usagés. C'est justement en regardant ce gâchis dans la cafeteria de leur école de commerce de Rennes, que quatre jeunes entrepreneurs ont décidé de lancer Newcy, un service de gobelets lavables et réutilisables compatibles avec toutes les machines automatiques.

La démarche est dans l'air du temps: en 2020, la vaisselle jetable sera interdite. La loi prévoit de remplacer les actuels gobelets jetables par des matériaux biosourcés… hors ceux-ci ne résistent pas à l'eau trop chaude. Une aubaine pour Newcy.

Un gobelet conçu pour résister à 150 lavages

Le choix du matériau s'est rapidement imposé: c'est le polypropylène qui a été retenu, le plastique avec lequel sont produits les gobelets réutilisables qui sont désormais distribués aux buvettes lors de festivals ou de manifestations sportives. La conception du gabarit a été plus délicate. "Il a fallu travailler sur la hauteur, la largeur, l'épaisseur pour qu'il puisse être utilisé dans tous les distributeurs. Ce n'est pas tout: il a fallait aussi qu'il soit facilement empilable. C'est en effet la garantie qu'un technicien ne soit pas obligé de venir remplir la machine trop souvent, car cela augmente les frais", explique Nicolas Douchet, l'un des quatre fondateurs de Newcy. Le gobelet est conçu pour résister au moins à 150 lavages et peut être personnalisé aux couleurs de l'entreprise.

Un travail de communication et de sensibilisation est fait auprès des salariés pour qu'une fois leur café dégusté, ils ne le jettent pas dans la première poubelle venue mais dans le bac de collecte. Ceux-ci sont équipés d'une puce électronique. Quand ils sont pleins, le technicien est informé qu'il doit passer.

Mutualisation du process de collecte

Toujours dans un souci écologique, la start-up a mutualisé le processus logistique en passant des accords avec des sociétés qui opèrent déjà des tournées dans les bureaux pour collecter d'autres matériaux recyclables (carton, papier, piles). Les gobelets sont acheminés vers une entreprise chargée du lavage.

Côté tarif, le consommateur de café paiera le même prix qu'avec les anciens gobelets. Ce sont les entreprises qui, dans une démarche écologique, sont invités à passer à des gobelets réutilisables et à prendre en charge le surcoût ainsi généré. Le tarif de base débute à 300 euros par mois. Mais cela peut monter à 1.000 euros par mois pour 45.000 gobelets utilisés.

Après plusieurs phases d'expérimentation, la jeune start-up rennaise a enregistré une quinzaine de promesses de signatures, qui devraient être concrétisées à la rentrée. "Il y a un marché auquel nous n'avions pas pensé, c'est celui de la restauration collective et qui s'est adressé directement à nous. Nos gobelets sont ainsi utilisés dans des restaurants d'entreprises pour servir le café au comptoir", ajoute Nicolas Douchet.

-
- © -
Coralie Cathelinais