BFM Business

L'éclipse de soleil va-t-elle provoquer un black-out?

L'éclipse totale de soleil pourrait faire chuter brutalement la production d'énergie solaire, qui représente 10% de la consommation totale en Europe.

L'éclipse totale de soleil pourrait faire chuter brutalement la production d'énergie solaire, qui représente 10% de la consommation totale en Europe. - FREDERIC J. BROWN - AFP

Depuis la dernière éclipse de soleil, la production d'énergie solaire a explosé, et représente une vaste part de la consommation électrique européenne. D'où les appréhensions de RTE avant l'éclipse.

Réseau de Transport d'électricité (RTE) se mobilise. Ce vendredi, entre 9h10 et 11h50, aura lieu une éclipse partielle de soleil. La France sera plongée dans le noir pendant plus de deux heures, supprimant en quelques minutes la quasi-totalité de la production d'électricité d'origine solaire. Depuis le dernier phénomène de cet ordre, visible depuis la France, la part de photovoltaïque dans la production électrique s'est considérablement étendue. Les professionnels français de l'électricité se préparent ainsi à une chute brutale de la tension.

"Cette éclipse arrive à un moment exceptionnel", souligne Jean-Paul Roubin, directeur du centre national d'exploitation du système RTE. Aujourd'hui, "la production d'électricité d'origine photovoltaïque est 100 fois plus importante que ce qu'elle était en août 1999", à l'occasion de la dernière éclipse totale de soleil. Donc l'impact de cet évènement sera "beaucoup plus grand", prédit-il.

34 réacteurs nucléaires brusquement éteints

RTE a donc mené des études en amont, pour mieux appréhender les conséquences de l'éclipse totale de soleil. "Si on est dans des conditions d'ensoleillement maximal", c'est-à-dire si la matinée du 20 mars est très ensoleillée, "nos analyses montrent que la baisse de la production photovoltaïque en Europe pourrait atteindre 34.000 mégawatts. Soit l'équivalent de 34 réacteurs nucléaire, ou de 10% de la consommation européenne à l'instant T", explique Jean-Paul Roubin.

Cette baisse de la production sera très rapide, "4 à 6 fois plus" que celle mesurée habituellement lorsque le soleil se couche, pointe le spécialiste. Or la sécurité du réseau repose sur l'équilibre à tout moment entre la production et la consommation électrique.

"Toute la préparation réalisée par l'ensemble des gestionnaires de réseau vise à limiter le risque d'évènement grave sur le système électrique européen", détaille-t-il encore. Plusieurs scénarios ont été mis au point pour éviter toute coupure brutale dans les endroits les plus sensibles. Ainsi, prévient le directeur du centre national d'exploitation du système RTE, "en ultime recours, on pourrait procéder à des suspensions momentanées de la consommation, qui seraient maîtrisées, localisées et gérées de façon à maîtriser cet équilibre".

L'Allemagne particulièrement inquiète

En outre, la réserve quotidienne de production, qui sert habituellement à réaliser des ajustements ponctuels sur le réseau, sera augmentée partout en Europe. En France, elle passera de 1.000 à 1.700 MW. Des capacités de production supplémentaires seront aussi sollicitées en cas de besoin. Par exemple, les barrages hydrauliques en France qui ont l'avantage de pouvoir être mis en route très rapidement.

Les gestionnaires européens des réseaux de transport ont commencé à se préparer depuis plus d'un an. Une task force spécifique a notamment été créée. L'Allemagne est le pays où les conséquences seront les plus importantes: son parc photovoltaïque est de loin le plus important d'Europe et le solaire a représenté 18% de la consommation électrique en 2014. Outre-Rhin, la production d'énergie solaire représente en effet 40.000 mégawatts. Viennent ensuite l'Italie (20.000 MW), et dans une moindre mesure l'Espagne (6.700 MW) et la France (5.300 MW). 

N.G. avec BFM Business et AFP