BFM Business

L'Agence américaine de l'environnement bientôt dissoute?

Une proposition de loi souhaite mettre un terme aux activités de l'Agence de protection de l'environnement. (image d'illustration)

Une proposition de loi souhaite mettre un terme aux activités de l'Agence de protection de l'environnement. (image d'illustration) - GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Des députés américains viennent de déposer plusieurs propositions de loi visant à considérablement affaiblir plusieurs institutions environnementales, américaines ou mondiales. L’Agence américaine de l’environnement (EPA) est sur la sellette.

La protection de l’environnement n’est clairement pas l’une des préoccupations de l’Amérique de Donald Trump. Ni celle de son administration. Cette dernière a d'ailleurs fait disparaître du site de la Maison-Blanche toute mention du réchauffement climatique. Un "canular" créé, selon le 45e président des États-Unis, "par et pour les Chinois afin d’empêcher l’industrie américaine d’être compétitive".

Dirigée par le climatosceptique Scott Pruitt et soumise depuis une semaine à une diète médiatique, l’Agence américaine de l’environnement (EPA) est maintenant sur la sellette. Comme le rapporte The Huffington Postle pouvoir législatif américain s’apprête à dissoudre cet organisme créé en 1970 par le président Richard Nixon. Une proposition de loi abordant cette idée et fixant la date de fin des activités de l’agence au 31 décembre 2018 vient d’être déposée par le député républicain Matt Gaetz.

Selon ce membre de la Chambre des représentants, l’EPA -à l’origine du "scandale Volkswagen"- "pèse sur le peuple américain qui se noie dans ses règles et règlements" imposés par ses membres, qualifiés de "technocrates non-élus".

Couper les vivres des organisations internationales 

Au cours de sa campagne électorale Donald Trump ne s’était pas prononcé en faveur d’une dissolution de l’EPA. Le candidat avait simplement promis de réduire drastiquement, s’il était élu, les subventions accordées à cet organisme. En parallèle de ce projet de suppression de l'Agence de protection de l'environnement, une autre proposition de loi visant explicitement les organisations environnementales a également été déposée auprès de la Chambre des représentants.

Soutenu par plusieurs députés républicains, ce texte soumis par le député Blaine Luetkemeyer vise à stopper les financements accordés par les États-Unis aux organisations environnementales internationales luttant contre le réchauffement climatique. 

Sont ici particulièrement visés le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (le Giec), le Fonds vert pour le climat et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUC). Organisatrice chaque année, en lien avec les pays-hôtes, des "COP". 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV