BFM Business

Henri Proglio va-t-il être débarqué d'EDF ?

Henri Proglio, le patron d'EDF, pourrait être débarqué avant la fin de son mandat, qui court jusqu'à fin 2014.

Henri Proglio, le patron d'EDF, pourrait être débarqué avant la fin de son mandat, qui court jusqu'à fin 2014. - -

Le patron d'EDF est à nouveau sur la sellette, selon plusieurs sources citées par l'AFP, ce vendredi 28 décembre. Il faut dire que les raisons ne manquent pas.

Le parcours professionnel d’Henri Proglio ressemble à un combat permanent. Et celui qui s’annonce n’est pas des moins ardus. Le patron d’EDF depuis 2009 est bel et bien sur la sellette, une nouvelle fois, comme l’ont confirmé des sources proches du gouvernement à l’AFP.

Les révélations sur un curieux partenariat passé en novembre 2011 avec China Guandong Nuclear Power Company (CGNPC) pourraient, en effet, avoir raison des tentatives du dirigeant de se faire bien voir auprès du gouvernement socialiste.

Ce dernier a en effet fait diligenter une enquête afin de savoir si, par cet accord, EDF a voulu brader des secrets industriels français, écartant au passage Areva du marché chinois, et n’en informant que partiellement l’Etat.

Les résultats d'EDF ne plaident pas en sa faveur

Réputé proche de Nicolas Sarkozy -les relations s’étant pourtant détériorées entre les deux hommes, et Proglio ayant entretenu une longue relation de confiance avec Jacques Chirac- le PDG a vu sa cote descendre en flèche avec l’arrivée de François Hollande au pouvoir.

En dehors de ses relations détestables avec Anne Lauvergeon, l’ex-patronne d’Areva, proche de la gauche, Henri Proglio paye ses prises de positions sur le nucléaire, jugées radicales par une partie de la majorité, en particulier les écologistes.

Autre facteur inquiétant pour Henri Proglio : les résultats d’EDF ne plaident pas vraiment en sa faveur. La valeur boursière du groupe a chuté de 65% depuis son arrivée, même si l’incident de Fukushima, notamment, n’y est pas étranger. La récente annonce d’un surcoût de deux milliards d’euros sur la facture de l’EPR EDF de Flamanville n’a pas arrangé les choses.

Guillaume Pepy pressenti pour lui succéder

Le dossier à charge semble être assez lourd pour que le gouvernement prenne le risque de le débarquer avant la fin de son mandat, qui court jusqu’à fin 2014. "Cette fois-ci, l'Etat est décidé et veut aller au bout. Le calendrier, c'est qu'il parte après les résultats annuels, fin février ou début mars", aurait ainsi déclaré une source proche du dossier à l’AFP.

Une date qui, heureux hasard, coïncide avec la fin du mandat de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF. Proche du PS, celui-ci a toutefois nié avoir des ambitions pour le poste, ce vendredi. "Je ne suis candidat à rien, pressenti pour rien", a-t-il affirmé sur France 2. Pas sûr que cela suffise à stopper les spéculations sur son avenir.

Quant à Henri Proglio, le surnom de PPH (Passera pas l’hiver), dont il était jadis affublé au Parti socialiste, semble de plus en plus lui coller à la peau.

Yann Duvert