BFM Business

Google se paie un champ d'éoliennes

Google vient de s'engager à acquérir tout l'électricité d'un champ éolien en Suède pour alimenter un de ses data centers.

Google vient de s'engager à acquérir tout l'électricité d'un champ éolien en Suède pour alimenter un de ses data centers. - -

Le géant américain vient d'annoncer l’acquisition d’un champ d’éoliennes en Suède. Une première en Europe. Mais Google avait déjà investi dans les énergies renouvelables sur d’autres continents.

Google fait tourner vos recherches avec du vent. Le géant américain vient de signer un accord pour alimenter l'un de ses data centers en Finlande, seulement à partir d'énergie éolienne. Il s'est engagé à acheter la totalité de la production d'un nouveau parc d'éoliennes de 72 mégawatts.

C'est le quatrième accord du genre pour Google. Le groupe est très gourmand en énergie en raison de ses gigantesques data centers, ces fermes de serveurs qu'on doit refroidir en permanence. Une récente enquête montre que l’ensemble des data centers du monde utilisent 30 milliards de watts, l'équivalent de 30 centrales nucléaires.

Des moutons à Mountain View

Pour réduire son "empreinte écologique" et sa facture ces dernières années, Google a multiplié les investissements dans les technologies vertes: dans l'une des plus grandes fermes d'éoliennes du monde dans l'Oregon, ou encore dans un projet de "tours solaires" dans le désert californien.

A écouter Google, il s'agirait d'un enjeu économique. Le retour sur investissement est suffisamment intéressant pour qu'il s'intéresse à ces énergies propres. De plus, il est toujours utile de cultiver son image "green". Google pousse le souci du détail jusqu'à utiliser 200 chèvres, qui font office de tondeuses, sur le campus de Mountain View en Californie.

A LIRE AUSSI:

>> Marilyn: un data-center vert unique au monde

>> Les tarifs subventionnés de l'éolien violent-ils la loi européenne?

Anthony Morel