BFM Business

Facebook, Google, Microsoft: quand les pays nordiques attirent les data centers

Facebook a installé ses serveurs européens à Lulea, en Suède.

Facebook a installé ses serveurs européens à Lulea, en Suède. - -

Les serveurs des géants du web consomment l’équivalent énergétique d’une trentaine de centrales nucléaires, essentiellement pour les refroidir. Pour alléger la facture, les compagnies s’installent donc dans des pays au climat polaire.

Des armoires bardées de câbles, qui bourdonnent en permanence sur l’équivalent de cinq terrains de football: bienvenue à Lulea. C’est ici, au nord de la Suède, que Facebook a installé sa première ferme de serveurs hors des Etats-Unis, en juin dernier.

Les données de plusieurs centaines de millions d’utilisateurs sont stockées dans ces installations, au milieu de la neige. C’est avant tout le climat de la ville, située sur le cercle polaire et au bord du Golfe de Botnie, qui a attiré Facebook à Lulea.

Ces gigantesques data centers consomment en effet beaucoup d’énergie à se refroidir, et le froid polaire permet de remplacer en partie la climatisation. Dans la ville, la température reste inférieure à 10°C durant neuf mois par an, et l’économie réalisée est considérable pour Facebook.

11,5 millions d'euros de l'Etat suédois

A Lulea, l’Etat suédois s’est impliqué dans le projet, à hauteur de 103 millions de couronnes, soit 11,5 millions d’euros. Côté emplois, la construction du site a mobilisé plus de 200 personnes. A terme, le centre va employer entre 50 et 100 salariés, et a attiré un quartier technologique d’une centaine d’entreprises.

Le pôle de nouvelles technologies va ainsi devenir un employeur important pour la région, derrière le sidérurgiste SSAB et l’université technique. Le président de la chambre de commerce s’attend à plus de 300 emplois indirects, pour une ville qui compte un peu moins de 46.000 habitants.

La Finlande, autre destination de choix

Mais Lulea est loin d’être un exemple isolé. Les pays nordiques et leur climat arctique attirent les géants du web, qui y implantent leurs serveurs.

Google a par exemple investi 800 millions d’euros à Hamina, au sud-est de la Finlande. Outre le climat, le centre est refroidi par l’eau de mer, une première technologique qui permet de diviser par deux les besoins énergétiques.

Microsoft aussi s'intéresse à la Finlande. Le groupe a annoncé en septembre dernier l’ouverture d’un data center dans le pays. L’investissement s’élève à plus de 180 millions d’euros. Microsoft bénéficie pour le moment d’un centre à Dublin en Irlande, où le siège européen de la compagnie est installé.

Plus au sud, Hewlett-Packard s’est installé à Wynyard, au Royaume-Uni, pour profiter de l’air froid de la mer du Nord. Le data center est en plus entièrement blanc, serveurs inclus, pour réduire le besoin en éclairage et faciliter la déperdition de chaleur. Hewlett-Packard compte ainsi réduire sa consommation de presque 40%.

Audrey Dufour avec AFP