BFM Business

EPR: soupçons de "falsification" chez Areva

"Un audit réalisé en 2015 a détecté des anomalies dans la fabrication de composants nucléaires pour l'EPR de Flamanville sur le site du Creusot, indiquent Les Échos. Il pourrait s'agir de falsifications de l'aveu même du patron du groupe."

Un nouveau dossier lourd en vue pour Areva. Le groupe nucléaire n'écarte pas que des "falsifications" soient à l'origine des "anomalies" détectées dans le suivi des fabrications d'équipements au sein de son usine du Creusot en Saône-et-Loire.

C'est ce qu'indique ce lundi 3 mai le journal Les Échos sur son site internet. "Je ne peux pas l'exclure", a déclaré au quotidien le directeur général d'Areva, Philippe Knoche. "On a des procès-verbaux contradictoires. Soit il y a eu des essais complémentaires qui ne sont pas tracés, et il faut qu'on ait la conviction qu'ils existent. Sinon, il faudra en tirer les conséquences", a-t-il ajouté.

Défaut de composition de l'acier

Pour sa part, Bercy attend les résultats complets de l'audit mené sur les fabrications de Creusot Forge, avant de se prononcer, selon le journal. Cet audit lancé fin 2015 a détecté des "anomalies" dans le suivi des fabrications d'équipements au sein de son usine du Creusot, où a été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville dont l'acier présente un défaut de composition.

Selon Les Échos, un opérateur réalisait des essais sur une pièce métallurgique et inscrivait sur le dossier de fabrication "les résultats sur l'analyse chimique de coulée, les paramètres de forgeage, l'historique de traitement thermique, les résultats des essais mécaniques". "En cas de valeur obtenue dans le haut de la norme requise, les procès-verbaux de certains dossiers de fabrication auraient été modifiés", révèle le journal, citant une source anonyme.

Le site Creusot Forge est spécialisé dans la fabrication et l'usinage de grandes pièces forgées et moulées complexes, indispensables à la fabrication des composants primaires de l'îlot nucléaire.

L'éventualité d'une falsification est révélée quelques heures après la visite du ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur le site où est fabriquée la cuve au Creusot.

J.M. avec AFP