BFM Business

EPR: Bouygues devrait passer devant le tribunal

Bouygues, en charge du chantier de Flamanville, avait été relaxé dans le cadre d'un procès mené en février.

Bouygues, en charge du chantier de Flamanville, avait été relaxé dans le cadre d'un procès mené en février. - -

Le groupe industriel aurait à comparaître devant le tribunal correctionnel, selon Mediapart. Bouygues aurait utilisé deux sociétés pour employer illégalement plus de 500 ouvriers sur le chantier de Flamanville.

Un nouveau volet dans les procédures autour du chantier de l'EPR de Flamanville serait sur le point de s'ouvrir. Bouygues, qui organise le chantier du premier EPR français dans la Manche, devrait passer devant le tribunal correctionnel de Cherbourg pour travail dissimulé, les 21, 22 et 23 octobre prochains, selon des informations de Mediapart (lien payant).

Les inspecteurs qui enquêtent sur l'affaire auraient assez d'éléments pour accuser le groupe Bouygues d'être directement lié à l'emploi illégal de 500 ouvriers polonais et roumains.

Déjà deux procès pour un chantier

En février dernier, Atlanco, entreprise sous-traitante sur le chantier, avait été condamnée pour "travail dissimulé". Elle avait dû verser six mois de salaires (soit entre 9.637 et 12.267 euros) à chacun des 59 employés polonais qui avaient porté plainte.

En revanche, Bouygues avait été relaxé, le tribunal estimant que le groupe n'était pas nécessairement au courant des pratiques d'Atlanco.

En avril, Bouygues constriction avait été condamné à 75.000 euros d'amende pour la mort accidentelle d'un ouvrier sur le chantier. Puisque la branche de Bouygues était responsable de la coordination de la sécurité, elle avait été reconnue coupable.

J.S