BFM Business

Eolien: Theolia fait table rase du passé et devient Futuren

Projection virtuelle d'un projet d'implantation de parc éolien conçu par Theolia (image d'illustration)

Projection virtuelle d'un projet d'implantation de parc éolien conçu par Theolia (image d'illustration) - Theolia

Avec son changement de nom, Theolia souhaite tirer un trait sur ses sombres années et se tourner vers de nouvelles activités.

Ne l’appelez plus Theolia, mais désormais Futuren. Une nouvelle appellation qui traduit "la volonté de tourner une page et de s’inscrire dans un projet pour l’avenir" selon Fady Khallouf, le directeur général du groupe. Un avenir qui s’éclaircit peu à peu pour cette entreprise implantée à Aix-en-Provence, tout juste sauvée de la faillite. En effet, dans un communiqué, la direction annonce qu'au "premier semestre, le groupe a enregistré pour la première fois depuis sa création un résultat net proche de l’équilibre".

Une communication à nuancer, puisque ce résultat net reste toutefois dans le rouge. Sur les six premiers mois de l'année, cela se traduit par une perte de 1,94 million d'euros (contre 10,9 millions d'euros de pertes au premier semestre 2014). Mais pour l’entreprise, ces "comptes semestriels entérinent les efforts menés au cours de ces cinq dernières années".

Le business model de Futuren a par ailleurs été profondément modifié. Outre sa fonction de développeur de parcs éoliens, Futuren a endossé depuis peu la casquette de producteur d’électricité, une activité – en croissance – qui contribue à près de 87% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

"L'éolien doit monter en puissance"

A court terme, le groupe se fixe pour objectif de "doubler sa capacité éolienne". Auprès de BFM Business, Fady Khallouf affirme que, même en difficulté, son groupe "n'a jamais cessé d’investir". Il espère d'ailleurs que Futuren va "décupler ses efforts pour accélérer son développement", notamment en France et au Maroc.

Alors que l'éolien doit monter en puissance et occuper une place plus importante dans le mix énergétique national, le groupe Futuren dénonce les difficultés rencontrées concernant le développement des projets éoliens en France. Au niveau de l'Hexagone, le principal frein au développement de cette activité résiderait, selon l'entreprise, dans la lenteur du processus d'implantation. "Cela peut prendre 10 ans pour qu'un projet soit développé et aboutisse précise Fady Khallouf. Or, ce n'est pas justifié techniquement." 

Egalement implantée en Allemagne et en Italie, la société exploite 883 mégawatts éoliens et dispose de près de 200 MW supplémentaires, sous la forme de projets autorisés, en construction ou en passe de l’être. 

>> Retrouvez toute l'actualité des marchés et de Theolia sur Tradingsat.com

Découvrez chaque week-end "BUSINESS DURABLE", le magazine des entreprises qui prennent soin de la planète, sur BFM Business. 

Fady Khallouf, directeur général de Futuren, sera l'invité ce week-end, de Sidonie Watrigant dans "Business Durable". 
Il sera face à Rémi Chabrillat, responsable de la direction production et énergies durables du ministère de l'Ecologie. Une émission à suivre samedi 12 septembre dès 22 heures et dimanche 13 septembre à 12 heures sur BFM Business. 
Antonin Moriscot