BFM Business
Energie
en direct

EN DIRECT: Elisabeth Borne: "Nous pouvons passer les mois qui viennent en évitant les coupures"

Le gouvernement présente ce jeudi son plan de sobriété pour faire face à la crise énergétique dans les prochains mois.

Carburant : Agnès Pannier-Runacher envisage une amélioration ce week-end

Invitée sur le plateau de Calvi 3D après la présentation du plan de sobriété, la ministre de la Transition énergétique est d'abord revenu sur la situation critique d'un certain nombre de stations-essence dans l'Hexagone. Alors que 15% des sites sont touchés par des ruptures de carburant, Agnès Pannier-Runacher a voulu se montrer rassurante : "C’est une situation qui est conjoncturelle. Nous sommes en train de demander aux pétroliers de renforcer et d’acheminer des approvisionnements supplémentaires depuis la Belgique et Rouen par bateau. Que chacun fasse son plein normalement, il n’y a pas besoin d’organiser des réserves. Nous sommes en train d’améliorer la situation, cela va prendre deux ou trois jours."

Plus d'informations ici.

Elisabeth Borne dévoile les méthodes de suivi de la situation énergétique

"Nous publierons chaque semaine l’évolution de notre consommation d’électricité et de gaz, explique la Première ministre. En fonction de celle-ci et de la météo, nous saurons si nous avons réalisé les économies d’énergie nécessaires. Par ailleurs avec RTE, nous renforcons le dispositif EcoWatt, véritable Bison Futé de la situation énergétique. Il permet de faire connaître le niveau de tension du système électrique. Il sera relayé dans les médias. Enfin, le gouvernement reviendra régulièrement devant les Français pour leur rendre compte de la situation."

Elisabeth Borne veut actionner "tous les leviers"

"Aujourd’hui nous prenons des mesures globales et ciblées, explique la cheffe du gouvernement. Nous actionnons tous les leviers. Notre plan est à la hauteur de l’enjeu. Nous le ferons connaître au grand public, c’est le but de la campagne « Chaque geste compte »."

La Première ministre clarifie l'objectif de la stratégie de sobriété

"La sobriété énergétique, ce n’est pas consommer moins et faire le choix de la décroissance, rappelle Elisabeth Borne. C’est éviter les consommations inutiles et ne pas consommer tous au même moment. Ce sont des gestes qui allègent nos facture et réduisent notre empreinte sur le climat."

Elisabeth Borne appelle à "la mobilisation générale" pour obtenir des résultats

"L’Etat doit montrer l’exemple et avec lui collectivités entreprises et citoyens doivent agir ensemble, chacun à la mesure de ses capacités, insiste la cheffe du gouvernement. C’est la mobilisation générale qui donnera des résultats. La sobriété doit venir de l'expertise du terrain et s’adapter à chaque filière. C’est ainsi que nous aurons des baisses de consommation maximale sans pénaliser."

Agnès Pannier-Runacher cite cinq gestes pour "baisser, éteindre et décaler"

La ministre de la Transition énergétique dévoile la campagne "Chaque geste compte" qui tourne autour de trois actions "je baisse, j'éteins, je décale". Agnès Pannier-Runacher a évoqué les cinq gestes les plus efficaces pour réduire la consommation d'énergie au quotidien : "Les experts recommandent de régler son chauffage à 19 degrés, de régler son chauffe eau à 55 degrés, d'éteindre tous les appareils en veille, de décaler l’utilisatrion des appareils électroniques en dehors des heures de pointes et d'installer un thermostate programmable accompagné des certificats d’économie d’énergie."

Le président de RTE attend du plan qu'il permette de "consommer moins et régulièrement au meilleur moment"

Xavier Piechaczyk, président du gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE), a préciser les deux effets attendus du plan de sobriété énergétique : consommer moins et consommer régulièrement au meilleur moment. "En hiver, la France consomme surtout de l'électricité entre 8 heures et 13 heures avec les bureaux d'entreprises notamment, analyse-t-il. Puis il y a un pic à 19 heures tous les soirs car beaucoup d'entreprises fonctionnent encore et car les ménages sont chez eux et s'éclairent ou cuisinent."

Clément Beaune évoque plusieurs pistes pour faire des économies sur les transports

Le ministre délégué aux transports souhaite tout d'abord agir sur l'éclairage dans les gares et les aéroports en systématisant le dispositif de veille électrique. "Sans changer la vitesse moyenne, on peut la réguler au bon moment pour économiser de 7 à 15% d’énergie sur le train", ajoute-t-il. A ce titre, Clément Beaune plaide aussi en faveur d'une généralisation de l'écodonduite qui "peut valoir pour chacun d'entre nous."

Clément Beaune confirme un bonus pour encourager le covoiturage à partir du 1er janvier

"On est une partie du problème, on doit devenir une partie de la solution." C'est ainsi que le ministre délégué aux transports a commencé sa prise de parole. La voiture constitue un champ d'action important de part son degré d'usage en France. "Il faut changer les usages en passant des modes les plus polluants aux modes les moins polluant, a résumé Clément Beaune. La voiture représente 85% de nos modes de transports aujourd’hui. Nous mettrons en place un bonus d’ici le 1er janvier 2023 pour que ceux qui rentrent dans le dispositif de covoiturage ait un avantage financier à le faire."

Une proposition pour réduire d'un mois la période de chauffe

Olivier Klein évoque les mesures qui participeraient à réduire la consommation énergétique des bâtiments et salue notamment les dispositifs incitatifs des fournisseurs comme TotalEnergies et Engie qui souhaitent récompenser les bons élèves en la matière. Le ministre délégué au Logement a également fait une proposition forte : commencer la période de chauffe le 1er novembre au lieu du 15 octobre et la terminer le 1er avril au lieu du 15. "Ce mois permettrait une économie d'énergie de 12%", justifie-t-il.

Agnès Pannier-Runacher souligne que "le combat ne s'arrêtera pas à l'hiver 2022-2023"

En introduction de la conférence de presse sur le plan de sobriété énergétique, la ministre de la Transition énergétique a appelé à une "mobilisation générale" : "Il y a urgence à agir et le combat ne s'arrêtera pas à l'hiver 2022-2023. C'est l'enjeu des 30 ans qui viennent."

Christophe Béchu insiste sur le renouvelable, le nucléaire et la fin du gaspillage

Pour le ministre de la transition écologique, la stratégie de sobriété énergétique doit s'articuler autour de trois points : "On évite de gaspiller l’énergie qu’on a pas, on produit de l’énergie renouvelable et on s’appuie sur l’énergie nucléaire qui nous permet de pouvoir tenir."

Les collectivités territoriales vont bénéficier d'un milliard d'euros avec le fond vert

Déjà annoncé, le fond vert sera déployé au cours de l'année 2023. D'un montant d'un milliard d'euros, le dispositif visera à "aider les collectivités à investir dans ce qui est bon pour le climat", explique Christophe Béchu. "Mais il faut aussi avoir le soucis de la manière dont ça se déploie dans les territoires, tempère le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires. Des territoires ont déjà initié des procédures pour faire des économies."

Les domaines skiables vont adapter la vitesse des remontées mécaniques

Président des Domaines skiables de France, Alexandre Maulin confirme que les remontées mécaniques constituent le plus gros poste de consommation d'électricité pour les acteurs du secteur. A ce titre, elles verront leur vitesse moduler afin de réduire cette consommation. "On va adapter la vitesse des remontées mécaniques et par exemple la maximiser les matins à 9 heures lorsque les écoles de ski partent", explique Alexandre Maulin.

La sobriété énergétique doit être un "prélude à la transition environnementale"

Olivia Grégoire a rejoint la ministre de la Transition énergétique sur l'idée que la sobriété énergétique n'était pas un "gadget". "Elle doit être pour nous tous le prélude à une transition environnementale plus accrue, estime la ministre déléguée chargée des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme. C’est pour beaucoup le premier pas de l’intégration de la transition environnementale dans les modèles économiques."

Olivia Grégoire souligne que "certaines entreprises vont dépasser les objectifs d'engagement"

La ministre déléguée chargée des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme loue l'attitude volontariste d'un grand nombre de secteurs d'activités dans le cadre de la stratégie de sobriété énergétique. "On a des engagements socles, indique-t-elle. De nombreuses entreprises souhaitent même aller plus loin, certaines vont dépasser les objectifs d’engagement."

Objectif 10% d'économie d'énergie pour l'Etat d'ici 2024

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a fixé un objectif de 10% d'économie d'énergie d'ici 2024. "Cela représente 2 TWh d'économie par an, soit l'équivalent de la consommation annuelle d'une ville comme Montpellier qui compte 300.000 habitants", a indiqué Stanislas Guerini. Selon le membre du gouvernement, les efforts seront concentrés sur le bâti qui représente 60% des possibilités de sobriété alors que l'Etat détient 30% du parc de bâtiment tertiaire en France. Environ 20% seront consacrés à la mobilité.

Stanislas Guerini évoque un investissement de 3,7 milliards d'euros pour accélérer la transition énergétique de l'Etat

"La transition énergétique de l'Etat n'a pas commencé hier", a insisté le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. Au cours des dernières années, 3,7 milliards d'euros ont été mobilisés, notamment pour réduire la consommation d'énergie des bâtiments. Sur le plan de la mobilité, trois quarts des véhicules acquis par l'Etat sont aujourd'hui basse consommation.

L'Etat et ses opérateurs consomment 20 TWh par an

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas Guerini a fait le point sur la situation énergétique du secteur public. Chaque année, l'Etat et ses opérateurs consomment 20 TWh. Près d'un tiers de cette consommation est capté par le gaz, plus d'un quart par l'électricité et presque autant par le carburant des trajets entre le domicile des employés et le lieu de travail.

Agnès Pannier-Runacher rappelle que la France n'a "jamais été indépendante en matière d'énergie"

La ministre de la Transition énergétique estime que l'urgence de la situation porte aussi bien sur l'indépendant énergétique que politique. "Nous n'avons jamais été indépendant en matière d'énergie, a-t-elle insisté. Nous sommes aujourd’hui exposés à 66% dans notre consommation d’énergies fossiles. L’enjeu est aujourd’hui de sortir de ces énergies fossiles."

Une enveloppe de 800 millions d'euros pour accompagner les gestes de sobriété

Dans sa prise de parole, Agnès Pannier-Runacher évoque le plan de financement du gouvernement autour de ce plan de sobriété. Ce sont pas moins de 800 millions d'euros qui seront ainsi mobilisés "pour accompagner ces gestes de la sobriété dans les bâtiments, les transports et les collectivités".

Le gouvernement annonce son plan de sobriété énergétique

Bonjour et bienvenue dans ce live pour suivre les annonces du gouvernement concernant le plan de sobriété énergétique. Ce plan doit permettre de faire face à la crise énergétique dans les prochains mois.

La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher est la première à prendre la parole à la tribune.

Timothée Talbi