BFM Business

EDF : Proglio dans le viseur de Bercy ?

Henri Proglio, le patron d'EDF, serait visé par une enquête de l'Inspection générale des finances.

Henri Proglio, le patron d'EDF, serait visé par une enquête de l'Inspection générale des finances. - -

Selon le Canard Enchaîné de ce mercredi 26 décembre, le patron d'EDF serait visé par une enquête de l'Inspection générale des finances. Elle concerne les conditions d'un partenariat signé avec un concurrent chinois en 2011.

Pour tout dossier concernant de près ou de loin EDF, c’est bien connu, l’Etat tient à ce qu’on le mette au courant. Henri Proglio, l’actuel patron d’EDF, serait dans le viseur du gouvernement pour avoir voulu court-circuiter son concurrent Areva, lors d’un partenariat signé en 2011 avec son homologue chinois, China Guandong Nuclear Power Company (CGNPC).

Selon le Canard Enchaîné de ce mercredi 26 décembre, l'Etat aurait diligenté une enquête de l’Inspection générale des finances (IGF) visant le dirigeant.

En cause : un partenariat qui aurait fait la part belle aux Chinois, et que Proglio aurait négocié seul, et contre l’avis du gouvernement de l’époque. Avec pour but d’écraser la concurrence, Areva en tête. EDF se serait ainsi vu offrir un accès privilégié au marché chinois, en plein essor.

Le marché chinois attire les convoitises

Las, l’accord ne sera pas validé par le gouvernement Fillon. Et c’est finalement François Hollande qui portera le coup de grâce aux ambitions chinoises de Proglio. En septembre dernier, le chef de l’Etat, a exigé qu’EDF et Areva "coopèrent" pour aboutir à un "partenariat durable et équilibré" avec Pékin. Au final, un accord tripartite entre Areva, EDF, et CGNPC est signé en octobre. Proglio a perdu son pari.

Officiellement, EDF s’est refusé à commenter cette affaire. Mais en privé, le groupe s’agace de ce nouveau coup de pub assez malvenu, alors qu’il "n’y a rien de nouveau, à part l’enquête, dont personne ne peut confirmer l’existence", commente un responsable d'EDF à BFMBusiness.com. Tout en rappelant que l’accord initial "n’a jamais été signé", et qu’il est "normal que les groupes du secteur du nucléaire, pas si nombreux que ça, communiquent entre eux."

Reste que, dans cette histoire, Henri Proglio pourrait bien jouer le rôle du fusible.

Yann Duvert