BFM Business

Comment mieux intégrer les énergies renouvelables dans le quotidien des entreprises

Le projet EnR-Pool développé par Energy Pool, Schneider Electric et le CEA vise à favoriser le développement des énergies renouvelables grâce à un ajustement de la production au plus près de consommation énergétique.

Le projet EnR-Pool développé par Energy Pool, Schneider Electric et le CEA vise à favoriser le développement des énergies renouvelables grâce à un ajustement de la production au plus près de consommation énergétique. - Energy Pool Developpement

Avec les énergies renouvelables, il faut trouver le juste équilibre entre production et consommation. C'est l'objet du projet EnR-Pool développé par Energy Pool, Schneider Electric et le CEA. Les résultats de l'expérimentation en Savoie viennent d'être dévoilés.

"En matières d'énergie renouvelable, il n'y a pas de consommateur pour tout ce qui est investi 8 mois dans l'année." Olivier Baud, le président fondateur d'Energy Pool, pose d'emblée les bases du problème."Il suffit de regarder ce qui se passe du côté de l'Allemagne. l'éolien et le solaire peuvent perdre jusqu'à 40% de leur valeur. Et pourtant ces énergies vont devenir compétitives, autant en tirer tous les atouts."

Compenser la variabilité des énergies renouvelables grâce aux nouvelles flexibilités apportées aux industriels, c'était donc l'objectif de ce projet EnR Pool lancé il y a 3 ans. Plus d'un million d'euros de financement ont été apportés par l'ADEME dans le cadre des investissements d'avenir Autour de la table Energy Pool opérateur en modulation d’électricité, Schneider Electric et le CEA/INES.

Modifier l'utilisation des machines

Les consommateurs issus de plusieurs grands sites industriels mais aussi de plus petits ou encore du tertiaire ont donc été mis à contribution. Ils représentaient au total 70 MW de puissances renouvelables, l'équivalent de deux fois la ville de Chambéry. Comme l'explique Jean-Yves Blanc, VP Demand Management chez Schneider Electric, président du conseil de surveillance d'Energy Pool, "tout part de la prévision de production des centrales. Pour le solaire, les prévisions météorologiques avec l'ensoleillement ou encore la technologie des panneaux solaires servent de base. C'est le CEA/INES qui s'en est chargé. Pour l'éolien, c'est Schneider Electric qui a effectué les mesures."

Dans le même temps il faut identifier les besoins des entreprises et agir en conséquence. On appelle cela la modulation. C'est ainsi que des centrales de traitement d'air ou certains process peuvent être ralentis. Un pilotage local est mis en place. Il communique avec le centre d'Energy Pool. "Sur le plan technologique des verrous ont été levés", selon Jean-Yves Blanc. Les partenaires du projet se réjouissent d'avoir prouvé l'efficacité du système. Un smart grid d'un nouveau genre voit le jour, salué également par l'ADEME.

Adapter la réglementation

"On transforme un process industriel ou un bâtiment en stockage d'énergie". Parfois certaines entreprises doivent changer leur organisation. Et c'est là que le bât blesse. Pour Jean-Yves Blanc, il est nécessaire de faire encore preuve de beaucoup de pédagogie. Les industriels ont mis au point des méthodes qu'ils doivent modifier. Adapter à l'apport en énergie nécessite de réfléchir autrement. Pour le développement de cette technologie, il faut désormais que la réglementation suive.

Le dossier a été transmis à la CRE. "La France est très avancée dans ce domaine", précise Olivier Baud, "il suffit donc d'adapter les mécanismes déjà existants". Selon lui ce projet nécessite d'agir sur deux leviers : la première priorité consiste à favoriser l'accès à l'énergie excédentaire pour un coût moindre. Il faut également, afin de couvrir les défaillances, créer un système de capacité de secours flexible tout au long de l'année. Ce changement de paradigme est donc la clé du développement des énergies renouvelables en Europe de l'Ouest. Olivier Baud estime que ce projet peut devenir une réalité d'ici un à deux ans.

Nathalie Croisé