BFM Business

Cette centrale injecte du biométhane breton dans le réseau de gaz naturel

Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a inauguré la centrale biogaz de Chateaulin (Finistère).

Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a inauguré la centrale biogaz de Chateaulin (Finistère). - GRTGaz

Le groupe Vol-V a inauguré un premier site de production de biométhane raccordé en Bretagne au réseau de transport de GRTgaz. Ce gaz renouvelable provient de déchets verts et agroalimentaires locaux, méthanisés. Il fournit l'énergie pour l'eau chaude et le chauffage de 6500 foyers.

La Bretagne produit aussi du gaz renouvelable. Le groupe spécialisé dans les énergies vertes, Vol-V, a inauguré à Chateaulin (Finistère) son premier site de biométhane raccordé au réseau de transport de GRTgaz en Bretagne. Ce site va injecter 32 millions de kilowattheures (kWh) de gaz renouvelable par an, soit plus de 3 millions de m3 par an.

Cette centrale produit du gaz renouvelable à partir de la méthanisation de déchets agricoles, industriels, verts et alimentaires. Par exemple, les agriculteurs apportent les effluents de leur élevage ou les résidus de culture tandis que l’industrie agroalimentaire y voit un moyen de valoriser ses déchets d’abattoirs lorsqu'ils sont méthanisables. Cette approche illustre le potentiel de l’économie circulaire dans les territoires d'élevage et de culture comme la Bretagne, région où, de surcroît, de nombreuses usines de transformation produisent des déchets peu ou mal recyclés.

Le renouvelable à 30% dans la consommation de gaz en 2030?

La centrale de biométhane de Chateaulin est le 58ème site d’injection raccordé aux réseaux gaziers en France. À fin décembre 2017, 44 sites de méthanisation injectaient du gaz renouvelable dans les réseaux gaziers français. En l'occurrence, l’injection de biométhane permet de produire localement une énergie renouvelable utile à l’ensemble des usages (domestiques, industriels, mobilité…).

Quatre cents projets similaires sont à l’étude auprès des gestionnaires de réseaux gaziers sachant que l’objectif de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie en vigueur (PPE) a été fixé à 8 milliards de kWh de biométhane injecté en France en 2023. Les opérateurs gaziers ont indiqué qu’il était possible de porter à 30% la part du gaz renouvelable dans la consommation française en 2030.

Frédéric Bergé