BFM Business

Cet antique train connaît une nouvelle jeunesse grâce au solaire

VIDÉO - Une entreprise australienne a rénové la motrice de cette rame des années 60 en installant des panneaux solaires sur le toit et en lui ajoutant des batteries. Depuis, ce train qui transporte touristes et riverains effectue plusieurs fois par jour un parcours de trois kilomètres.

Un mélange de tradition et de modernité... Voilà comment on peut résumer la renaissance du train solaire mis en service il y a une quinzaine de jours dans la ville de Byron Bay, située dans le sud-est de l'Australie. Les deux rames de ce train effectuent huit fois par jour un trajet de trois kilomètres pour relier le centre-ville à la plage et diverses installations touristiques.

Le projet a été initié par la Byron Bay Railroad Company, une entreprise non lucrative qui a voulu faire revivre le patrimoine ferroviaire local. La star est l'un des derniers modèles de train sorti en 1968 de l'usine de Chullora, dans la banlieue de Sydney. Des ateliers qui s'étaient illustrés lors de la seconde guerre mondiale en produisant des avions bombardiers. La guerre finie, ses ingénieurs et ses ouvriers ont transposé leur savoir-faire dans le travail de l'aluminium pour le marché civil en fabriquant des trains.

Une centaine de passagers

A l'origine, le train de 70 tonnes était propulsé par deux moteurs diesel. L'un d'entre eux a été conservé, pour servir en cas de souci. Mais l'objectif de la Byron Bay Railroad Company était d'en faire un moyen de locomotion écologique: des panneaux solaires d'une puissance de 6,5 kilowatts ont été implantés sur le toit. Ils sont reliés à des batteries et à un moteur électrique situés dans la locomotive. Lorsque le soleil brille, le train peut parcourir quatre ou cinq fois le trajet sans être rechargé. Mais pour les jours plus brumeux, une station de recharge a aussi été construite tout près des voies.

Le train peut emmener une centaine de passagers assis, et ainsi que bagages, vélos et autres planches de surf. Si le public visé était en priorité les touristes, à l'usage il semble aussi intéresser des habitants qui veulent aussi éviter les embouteillages, nombreux dans la région.

C.C.