BFM Business

Ces entreprises françaises qui font le plein d’énergie verte

Konushna - Flickr

Konushna - Flickr - Air Liquide s'allie à Fonroche Biogaz.

Deux entreprises françaises se sont alliées dans le secteur des énergies renouvelables. L’objectif: s’affranchir de la dépendance aux énergies fossiles.

Face aux nouveaux enjeux climatiques, le secteur de l’énergie est en pleine mutation. Et la valorisation des ressources organiques en une énergie renouvelable incite les entreprises françaises à s’associer. Ainsi ,Air Liquide et Fonroche Biogaz, 1er fabricant français de méthaniseur, vont mutualiser leurs compétences. Air Liquide a en effet annoncé une participation à hauteur de 5% dans le capital de Fonroche Biogaz, une des filiales du Groupe Fonroche.

L’entreprise française Fonroche Biogaz est un acteur majeur dans la production d’énergie renouvelable. Particulièrement dans quatre secteurs : photovoltaïque, géothermie, éclairage autonome et biogaz.

Air Liquide, groupe industriel français d’envergure internationale, est lui spécialiste des gaz industriels. Ces deux groupes s’associent afin de développer des projets d’épuration et valoriser le biogaz dans le marché français. Les deux entreprises sont complémentaires puisque le groupe Fonroche a développé des projets de méthanisation à partir de déchets agro-industriels et agricoles. Et Air Liquide a mis en place des technologies de purification du biogaz.

Le biogaz, un marché potentiel en France ?

Produit naturellement par la fermentation de nombreuses matières organiques, le biogaz est un secteur encore inconnu du grand public. Plus de la moitié de la production du biogaz français est issue des décharges, le reste provenant des stations d’épuration. L’objectif de la France: atteindre 625 MW (mégawatt) électrique et 555 Ktep (kilotonne équivalent pétrole) de chaleur à base de biogaz en 2020. Et l’hexagone devrait compter environ 1.500 méthaniseurs contre 240 début 2013.

Du point de vue économique, le développement d’un solide secteur industriel français devrait développer le tissu économique local et ouvrir la voie à une plus grande indépendance énergétique. Tout en réduisant la facture liée à l’importation d’énergies fossiles.

A noter que Grenelle 2 mise également sur ce marché potentiel, en fixant des objectifs à la France : atteindre 23% d’énergie renouvelable dans sa consommation énergétique d’ici 2020. 

Khadria Fouad-Djama