BFM Business

Ce village allemand produit plus d'énergie qu'il n'en consomme

Depuis la fin des années 2000, le territoire de Wildpoldsried s'est transformé et produit désormais plus d'énergie qu'il n'en consomme.

Depuis la fin des années 2000, le territoire de Wildpoldsried s'est transformé et produit désormais plus d'énergie qu'il n'en consomme. - Christoph Stache - AFP

Située en Bavière, la commune de Wildpoldsried mène depuis le début des années 2000 une véritable transition énergétique avec pour objectif de produire toujours plus d’énergie sur son territoire.

Wildpoldsried est ce que l’on appelle un "village passif". Au même titre qu’une maison ou qu’un appartement ainsi labellisé, cela signifie que ce bourg, niché aux pieds des Alpes, produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Pour y parvenir, ses édiles ont misé dès le début des années 2000 sur le comportement des citoyens ainsi que sur les énergies renouvelables. Dopées par un régime de subventions beaucoup plus généreux que dorénavant. 

Pour Arno Zengerle, "la participation des habitants est l’élément le plus important" du dispositif. Maire du village depuis 20 ans, il explique que ses administrés "doivent eux-mêmes tirer profit des renouvelables." Selon lui, si la municipalité "ne faisait intervenir que des investisseurs de l’extérieur, cela ne fonctionnerait pas."

Produire sept fois plus d'électricité que ce qui est consommé

En pratique, tous les bâtiments publics de la commune sont auto-suffisants. Certains produisent même plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Dans ce cas de figure, la ville vend le surplus de production. L'an passé, le bénéfice réalisé par la municipalité s'est élevé à six millions d'euros. Arno Zengerle tient à souligner qu'en conséquence "les impôts ne sont pas très élevés" dans le village. 

Grâce à un mix énergétique composé d'éolien, de photovoltaïque, de géothermie et de biomasse, et au programme d'économie d'énergie qu'ils appliquent, les 2.600 habitants de Wildpoldsried ont produit, en 2015, cinq fois plus d'électricité qu'ils n'en ont consommé. Pour 2016, l'objectif commun est de faire passer ce multiple à sept. 

Suivre consommation et production en temps réel 

Propriétaire d’une belle maison, située dans une rue coquette, Martin Hartmann a opté pour l’énergie solaire. Cet imprimeur de 33 ans a décidé de recouvrir le toit de son garage de panneaux photovoltaïques.

"Pour moi, c’était un choix logique explique-t-il. Je suis né ici, j’ai grandi avec l’idée que Wildpoldsried est le village de l’énergie renouvelable. Alors je m’y suis intéressé très tôt". Grâce à son smartphone, cet habitant peut suivre en temps réel sa consommation d’électricité. La quasi-totalité du courant qu'il consomme provient d'ailleurs de son installation photovoltaïque et de la batterie qui stocke ses surplus de production.

Attirer des investisseurs sur ce territoire

Comme tous les autres habitants du "village des renouvelables", Thomas Pfluger est heureux de gagner de l'argent grâce aux énergies alternatives. Comme 300 autres administrés, ce développeur informatique a investi dans la construction d'éoliennes. Depuis peu, onze turbines sont plantées sur la colline dominant le bourg. "Ma mise de départ s'élevait à 100.000 euros. Je récupère chaque année environ 6% de cette somme" explique-t-il. Un bénéfice provenant de la vente du surplus d'énergie produit par les éoliennes au fournisseur local d'énergie. 

Régulièrement, des délégations de diplomates, de fonctionnaires ou d'experts viennent visiter Wildpoldsried, érigé en modèle de la transition énergétique. Des entreprises innovantes ont même choisi de s'y installer. Sonnen GmbH, fabricant de batteries permettant de stocker les surplus du courant produit à partir du vent et du soleil, en fait partie. "Pour une entreprise comme la nôtre, c'est une belle inspiration" reconnaît Christoph Ostermann, le fondateur et patron de l'entreprise. 

Après avoir développé les sources de production, la municipalité entend désormais se concentrer sur les efforts à fournir pour faire des économies d'énergie. Elle vient par exemple de moderniser l'ensemble de l'éclairage public, en équipant les lampadaires de leds, une solution moins énergivore.

A.M. avec AFP