BFM Business

Boeing "Eco-entreprise de l'année"

Selon Boeing, les transporteurs aériens qui exploitent des 737 MAX réaliseront des économies de 14 % de leur consommation de carburant

Selon Boeing, les transporteurs aériens qui exploitent des 737 MAX réaliseront des économies de 14 % de leur consommation de carburant - Boeing

Le groupe aéronautique vient de recevoir ce prix décerné par la revue aéronautique Air Transport World (ATW). Depuis des années, Boeing s'engage à améliorer l'efficacité énergétique de ses appareils.

"Pour pérenniser son succès, le transport aérien doit être durable", explique Karen Walker, rédactrice en chef d’Aviation Transport World. " Boeing Aviation Commerciale l’a bien compris et a mis au point une stratégie environnementale complète à la fois collaborative, créative et innovante. "La réalité parle d'elle-même: le trafic de passagers pourrait augmenter en moyenne de 5% dans les prochaines années. La flotte mondiale va doubler. Conséquence: une pollution croissante.

Boeing est donc récompensé pour ses avions "toujours plus efficients en matière de consommation de carburant et d’émissions de CO2", tels que le 787 Dreamliner, le 737 MAX et le 777X. Pour Ray Conner, président et CEO de Boeing Aviation Commerciale, ce prix récompense l’engagement sans faille de notre entreprise et de nos équipes pour que l’avenir de l’aviation civile soit meilleur et plus propre. Yves Galland le patron France du groupe est plus que convaincu. Il y a quatre ans, il publiait "Révolution aéronautique, le défi de l'environnement" écrit à 4 mains avec le journaliste Gil Roy. Il évoquait une révolution culturelle autant qu'économique et parlait aussi de l'éveil de l'opinion publique.

Réduction de 50 % des émissions de CO2

Tout le secteur se mobilise. Boeing travaille avec une centaine de partenaires en France. Parmi eux, Thalès, Safran, Latécoère, Zodiac, Snecma, Michelin. Il investit plus de 4 milliards d'euros dans sa démarche environnementale. Le groupe travaille notamment sur les matériaux composites qui réduisent le poids de l'avion et donc sa consommation. Le Dreamliner en compte 50%. Le groupe mise aussi sur le développement de biocarburants durables pour l’aviation. Mais la tâche n'est pas toujours aisée.

Des difficultés doivent être surmontées: faire en sorte que le carburant ne gèle pas aux altitudes de croisière ou encore maintenir une stabilité thermique à l'intérieur des moteurs. Sa compétitivité économique reste également encore à prouver. Il ne faut pas oublier que pour les compagnies low-cost le carburant peut représenter jusqu'à 50% de ses dépenses. Avant de passer à cette étape, Boeing a pour but d'optimiser les consommations énergétiques. Son programme ecoDemonstrator vise à abaisser la consommation de carburant et de réduire les niveaux d’émissions et de bruit des avions. Le groupe s'est fixé un cap ambitieux: réduire de 50% ses émissions de CO2 à l'horizon 2050. "Le secteur est condamné à réussir pour pouvoir continuer à exister ", n"hésite pas à dire Yves Galland.

Nathalie Croisé