BFM Business

Bercy enquête bien sur EDF en Chine

Le patron d'EDF Henri Proglio est directement visé par l'enquête

Le patron d'EDF Henri Proglio est directement visé par l'enquête - -

Matignon confirme que l'Inspection des finances se penche sur le nucléaire à l'étranger.

Une mission lancée par l'Etat pour faire le point sur les relations entre l'industrie nucléaire française et les partenaires étrangers, y compris un accord avorté entre EDF et le chinois CGNPC, entamera ses travaux en janvier, a indiqué jeudi 27 décmebre Matignon à l'AFP.

"La mission de l'Inspection générale des Finances (IGF) n'a pas commencé. Elle débutera en janvier", a-t-on précisé en soulignant que son "périmètre" faisait encore l'objet d'"échanges" entre Matignon, les ministres concernés et l'Inspection Générale des Finances.

"Cette mission porte sur le passé. Il s'agit de tirer un bilan, de faire un point sur les relations entre l'industrie nucléaire française et les partenaires étrangers", a-t-on expliqué.

Selon deux sources proches du dossier interrogées mercredi par l'AFP, qui ont confirmé une information du Canard Enchaîné, une enquête visant spécifiquement l'accord de collaboration entre EDF et son patron Henri Proglio avec l'électricien nucléaire chinois CGNPC est en réalité d'ores et déjà lancée.

Ce projet sera "l'un des éléments" qu'examinera la mission de l'IGF, selon Matignon. "Il y a la Chine mais il n'y a pas que la Chine. C'est vraiment un bilan en termes de fond, en termes de méthode", a-t-on assuré.

Proglio sur la sellette

Le Conseil de politique nucléaire (CPN) de septembre, souligne-t-on à Matignon, a rappelé d'une part le principe qu'"en matière d'export nucléaire civil, c'est l'Etat qui pilote. Il a rappelé que c'est à l'Etat seul d'organiser ses relations (avec l'étranger). C'est dans le cadre fixé par l'Etat que les entreprises de la filière nucléaire, EDF, Areva, etc... interviennent."

Mais le CPN a d'autre part "considéré que le partenariat avec la Chine était quelque chose de stratégique, était une priorité, un élément important de l'export pour notre filière nucléaire civile", a-t-on souligné à Matignon.

Le "sujet, ce n'est pas Henri Proglio. Le sujet c'est l'export, l'industrie nucléaire", a-t-on assuré.

Selon deux sources proches du dossier ayant requis l'anonymat auprès de l'AFP, le gouvernement a pourtant remis sur la table la possibilité d'écourter le mandat d'Henri Proglio, qui expire en principe fin 2014, à cause des difficultés financières d'EDF et du dossier du nucléaire franco-chinois. Selon EDF, le gouvernement était tout à fait au courant.

AFP