BFM Business

Atlas Copco: des équipements plus efficaces pour une productivité durable

Atlas Copco vise la productivité durable et responsabilise ses clients: le groupe vise une augmentation de 20% de leur efficience énergétique à l'horizon 2020

Atlas Copco vise la productivité durable et responsabilise ses clients: le groupe vise une augmentation de 20% de leur efficience énergétique à l'horizon 2020 - Atlas Copco

Le vote solennel du projet de loi sur la transition énergétique a lieu ce mardi au Sénat. Certaines entreprises n'attendent pas la loi pour faire de l'efficacité énergétique une stratégie. C'est le cas d'Atlas Copco, fournisseur notamment de compresseurs, qui vise une productivité durable.

"Cela ne sert à rien de vendre un produit, il faut vendre une solution." Et c'est un directeur marketing qui le dit : Philippe Pisani depuis plus de 30 ans au sein d'Atlas Copco en charge de la Division Compresseurs / Efficacité Énergétique, a la conviction que c'est en travaillant mieux aux côtés des clients que son groupe pourra trouver la solution efficace pour réduire la consommation d'énergie.

L'air comprimé, principale spécialité d'Atlas Copco est un élément central dans la fabrication des produits qui nous entourent. A chaque activité, son compresseur. Ainsi un tiers des voitures qui circulent sortent d'usines qui ont des solutions apportées par ce groupe suédois.

Atlas Copco a plus de 140 ans d'existence, est présent dans 180 pays et pourtant est encore méconnu du grand public. Sa démarche environnementale ne date pas d'hier. La facture énergétique d’un compresseur qui sert à produire de l'air comprimé représente plus de 70% de son coût total. Sur la facture globale de l'entreprise, il représente 12% à 15% du coût. Agir sur l'efficacité énergétique dans ce domaine est donc non négligeable.

Jusqu'à la récupération de chaleur

Dans un premier temps, Atlas Copco propose des produits adaptés. Le groupe fait évoluer sa gamme tous les 3 ans. Ce ne sont pas moins de 3% du chiffre d'affaires (qui a atteint 10 milliards d'euros l'an dernier) qui sont consacrés à la R&D. Premier point d'amélioration, le variateur de vitesse intégré déjà inventé il y a 20 ans. Il permet de 35% à 50% d'économies sur certains sites. Pour Philippe Pisani, il s'agit ensuite de procéder par étapes. Dans un deuxième temps, une entreprise doit apprendre à gérer au mieux son usine.

Des audits doivent être réalisés en particulier sur les tuyauteries. Les pertes peuvent être importantes sans parler des fuites. Atlas Copco devient ainsi entreprise de services et peut proposer des solutions de remplacement à ses clients.

La maintenance est un aspect majeur pour le groupe. Il représente tout de même 10% du coût de fonctionnement d'un matériel. Pour optimiser leurs démarches, les entreprises peuvent opter aussi pour un pilotage intelligent de l'ensemble du système. Atlas Copco leur fournit ainsi une courbe mensuelle de la production d'air, de quoi agir de façon plus ciblée. Une fois cette gestion optimisée, l'étape supplémentaire pour Atlas Copco passe par la récupération d'énergie. Le compresseur est semblable à un radiateur et la chaleur qu'il dégage peut servir à alimenter l'eau chaude. Il suffit de mettre en place un échangeur. Le système peut être intégré directement dans les nouvelles machines ou s'adapter à celles qui fonctionnent déjà. C'est 90% de la chaleur qui peut ainsi être récupérée.

Des économies d'énergie de 20%

Tout cela a évidemment un coût. Comme le souligne Philippe Pisani, "l'énergie n'est pas encore suffisamment chère en France pour que cette politique devienne systématique". Les PME n'ont pas toujours de visibilité et ont des difficultés à anticiper le retour sur investissement. Pour les plus grandes, la démarche est plus aisée.

C'est le cas de Procter and Gamble qu'Atlas Copco cite en exemple. Dans son usine d'Amiens qui fabrique notamment la capsule d'Ariel, le groupe spécialisé dans les biens de grande consommation a réduit le nombre de ses compresseurs: il est passé de 17 à 4. La salle de ses compresseurs a été installée à proximité de la chaufferie. Au final, une économie de 80.000 kwh par mois. L'installation a été amortie en 3 ans.

Atlas Copco, qui a débuté par l'exploitation minière, a toujours été soucieuse de son impact sur l'environnement. Elle affiche des objectifs ambitieux: augmenter l'efficience énergétique de ses clients de 20% d'ici 2020. Le groupe a été de nouveau classé parmi les principales entreprises du secteur dans le prestigieux Dow Jones Sustainability Index pour 2014/2015 qui répertorie les chefs de file mondiaux en matière environnementale. Il s'est classé à la 7ème place.

Nathalie Croisé