BFM Business

Alstom: Paris demanderait à GE une introduction en Bourse

GE devrait être obligé de coter sa branche énergie dans le cas où il rachèterait les activités d'Alstom.

GE devrait être obligé de coter sa branche énergie dans le cas où il rachèterait les activités d'Alstom. - -

Alors que François Hollande reçoit ce lundi 28 avril les dirigeants de General Electric et Siemens, le Monde dans son édition du 29 avril rapporte que l'exécutif a fait part de plusieurs exigences aux deux entreprises.

François Hollande poursuit son marathon sur le dossier Alstom. Après avoir reçu, au matin de ce lundi 28 avril, le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt, le président accueillera les dirigeants de Siemens à 18h puis Martin Bouygues, patron du groupe de BTP éponyme, qui est l'actionnaire de référence d'Alstom.

Alors que les grands acteurs de ce dossier défilent à l'Elysée, Le Monde daté du mardi 29 avril révèle que Paris imposerait plusieurs exigences à chacune des deux sociétés qui souhaitent racheter l'activité énergie d'Alstom.

Pour General Electric, l'Elysée demanderait de mettre en Bourse l'activité énergie du nouvel ensemble créé. Selon une source proche de Bercy citée par le quotidien, cette manœuvre permettrait "à des actionnaires français publics ou privés de veiller à ce que des usines et de la recherche soit maintenues en France", même si "les Américains auraient la majorité du capital".

D'autres cessions de la part d'ICE

Pour Siemens, l'Elysée exigerait que le groupe cède, en plus de sa branche de Trains à grande vitesse ICE, ses activités de de fabrication de métro et de tramways.

Dimanche, Siemens avait proposé de procéder à une sorte d'échange d'actifs. Le groupe allemande rachèterait pour environ 10 milliards d'euros le banche énergie d'Alstom, et lui céderait, en parallèle, ICE. Ce qui aurait pour effet de créer deux grandes entreprises spécialisées, l'une dans l'énergie, l'autre dans les transports.

J.M.