BFM Business

2 ans de retard supplémentaire pour le chantier de l'EPR à Flamanville

Le chantier de l'EPR à Flamanville (EDF)

Le chantier de l'EPR à Flamanville (EDF) - -

La mise en service est désormais prévue pour 2016. EDF l’annonce mercredi.  A 6 milliards d'euros désormais, le coût du chantier a pratiquement doublé par rapport aux estimations initiales. Le maître d'ouvrage explique ce retard par des raisons tant structurelles que conjoncturelles.

Il y a d'abord ces accidents récents sur le chantier. Deux accidents assez graves, dont l'un notamment a suspendu les travaux pendant plusieurs semaines. EDF a décidé de renforcer la sécurité et la préparation des interventions et de réorganiser les équipes pour éviter tout nouvel incident. Autre raison, les analyses qui sont en cours, retour d'expérience de la catastrophe de Fukushima. Les audits ont été lancés et doivent être soumis à l'autorité de sûreté nucléaire en septembre. « On ne peut pas transiger là-dessus » explique EDF.

Délai raisonnable

L'EPR, le réacteur 3ème génération, a beau être conçu pour être l'un des plus aboutis du monde, il n'échappe pas aux réalités et aux catastrophes naturelles.

L'annonce de ce retard est révélateur selon la CGT des difficultés réelles techniques d'un chantier aussi monumental que celui de l'EPR. Mais le délai semble raisonnable et finalement assez tenu face aux 40 voire 60 ans d'exploitation à venir.