BFM Business

Vincent Bolloré et Amber Capital, nouveaux alliés contre Lagardère

-

- - AFP

Vivendi et le fonds activiste Amber vont demander d'ici la fin de la semaine la convocation d'une assemblée générale pour faire élire quatre représentants au conseil de surveillance.

Les grandes manœuvres se poursuivent chez Lagardère: ses deux premiers actionnaires, le groupe de médias Vivendi et le fonds activiste Amber Capital, s'allient pour demander une représentation au conseil de surveillance, dans le but de s'opposer à Arnaud Lagardère mais aussi de contrer l'influence de Bernard Arnault.

Mardi, les deux parties ont annoncé la signature d'un "pacte" en vue d'obtenir "au conseil de surveillance une représentation minoritaire, de trois membres pour Amber Capital et un membre pour Vivendi", selon un communiqué de celui-ci.

Ils feront conjointement dans les dix jours une demande écrite amiable pour convoquer une assemblée générale et, en cas de refus, seront solidaires pour la réclamer devant la justice, précise l'Autorité des marchés financiers, qui a publié la convention entre les deux actionnaires. Ces derniers s'engagent ensuite à voter "en faveur des résolutions nécessaires à la mise en œuvre" des nouvelles nominations.

Retournement d'alliance

L'annonce vient confirmer le retournement d'alliance de Vincent Bolloré, l'homme fort de Vivendi, arrivé au capital peu avant l'assemblée générale de mai dernier pour sauver la mise d'Arnaud, fils unique du fondateur de l'entreprise Jean-Luc Lagardère, face à Amber qui souhaitait renouveler entièrement le conseil de surveillance: un soutien qualifié alors d'"amical" et justifié par les liens entre les deux familles.

Depuis, Vivendi (monté à 23,5% des parts) comme Amber Capital (20%) ont fait part séparément de leurs velléités d'être représentés dans ce conseil, seul organe susceptible de s'opposer au renouvellement du mandat de gérant de l'héritier, prévu début 2021. Pour le fonds britannique, c'est la troisième tentative depuis un premier échec lors de l'assemblée générale de 2018.

Le pacte entre les deux actionnaires "ne crée aucun accord entre les signataires sur la stratégie ou le contrôle de Lagardère" qui les obligerait au lancement d'une offre publique d'achat, précise Amber. Il prévoit par ailleurs un droit de première offre et un droit de préemption réciproques: si Vivendi ou Amber vend ses parts, l'autre sera prioritaire pour les racheter.

"Très mauvais résultats"

Officiellement, l'annonce est motivée par "les très mauvais résultats" financiers de Lagardère, durement touché par la pandémie de Covid-19 qui a notamment fait s'effondrer son activité de distribution dans les lieux de transports (gares et aéroports). Le groupe, également maison mère d'Europe 1, Paris Match et du Journal du Dimanche, a accusé une perte nette de 481 millions d'euros au premier semestre, contre un bénéfice de 52 millions d'euros un an plus tôt.

Amber et Vivendi devraient également œuvrer pour la transformation en société anonyme de Lagardère, actuellement société en commandite par actions. Ce combat de longue date d'Amber Capital, qui critique la gestion d'Arnaud Lagardère, était au cœur de l'assemblée générale du 5 mai. Les nouveaux actionnaires de Lagardère "remplaceront tôt ou tard la gouvernance", avait affirmé à l'issue de l'assemblée Joseph Oughourlian, le fondateur d'Amber, sur la chaîne BFM Business.

La fin de la commandite

Le statut atypique du groupe Lagardère permet à Arnaud Lagardère (associé-commandité) de conserver le contrôle avec seulement quelque 7% du capital. En contrepartie, il est responsable indéfiniment des dettes de l'entreprise sur ses biens propres.

Le pacte permet enfin à Vivendi et Amber d'unir leurs forces face à l'influence de Bernard Arnault, le milliardaire à la tête du groupe de luxe LVMH. Il avait annoncé fin mai venir éponger une partie des dettes d'Arnaud Lagardère contre 25% des parts de la holding personnelle de l'héritier.

Cette arrivée surprise avait remis en cause l'espoir de plusieurs actionnaires de voir les choses évoluer rapidement au sein de la gouvernance, et permet à Bernard Arnault de devenir incontournable pour toute décision stratégique touchant aux activités de Lagardère SCA, notamment des cessions d'actifs.

TL, avec AFP