BFM Business

Un studio emblématique de Hollywood devient Chinois

Le groupe Wanda, au départ spécialiste de l'immobilier, est en train de devenir un empire mondial du divertissement.

Le groupe Wanda, au départ spécialiste de l'immobilier, est en train de devenir un empire mondial du divertissement. - Ed Jones - AFP

L'homme le plus riche de Chine, Wang Jialin, continue de monter un empire chinois du divertissement en rachetant Legendary, le studio qui a produit la trilogie Batman ou le dernier Jurassic World.

Un des plus grands studios hollywoodiens passe sous pavillon chinois. Legendary, qui a notamment produit la trilogie Batman ou le dernier Jurassic World, est racheté par Wang Jialin, l'homme le plus riche de Chine, pour 3,5 milliards de dollars. La plus grande acquisiton internationale de l'histoire du pays dans le secteur de la culture. À la tête du conglomérat Wanda, le businessman est en train de mettre sur pied un empire du divertissement.

Wang Jialin se veut le Walt Disney chinois. L'homme qui a fait fortune dans l'immobilier -il pèse 36 milliards de dollars selon Bloomberg- a lancé il y a plusieurs années déjà une vaste stratégie de diversification. Propriétaire de 200 centres commerciaux et hôtels de luxe répartis sur tout le territoire chinois, il y installe des salles de cinéma. Aujourd'hui, il est à la tête du premier réseau du pays.

En parallèle, il multiplie les investissements dans les parcs d'attraction et dans le sport. Il est notamment devenu actionnaire de l'Atletico Madrid en 2015. Wang Jianlin a également racheté AMC, numéro 2 des salles de cinéma aux États-Unis.

Le milliardaire met ensuite 8 milliards de dollars sur la table pour construire ses studios de tournage dans le nord-est de la Chine. Le septième art cartonne dans le pays: le secteur a connu une croissance de 50% en 2015. En brassant 6 milliards de dollars, le pays est devenu le deuxième marché au monde, juste derrière les États-Unis.

Désormais propriétaire du producteur de Batman, Jurassic World, Superman Man of Steel, Godzilla ou encore Very Bad Trip, Wang Jialin entend faire de l'industrie chinoise du cinéma la première au monde, devant Hollywood, dans les cinq prochaines années.

Simon Tenenbaum, édité par N.G.