BFM Business

Un déficit de 50 millions d'euros en vue pour France Télévisions

Delphine Ernotte réclamait une hausse de la redevance et le retour de la pub après 20h, elle n'a eu ni l'un ni l'autre

Delphine Ernotte réclamait une hausse de la redevance et le retour de la pub après 20h, elle n'a eu ni l'un ni l'autre - Miguel Medina - AFP

Le groupe audiovisuel public tablerait des comptes dans le rouge de 50 millions d'euros, selon une source proche du dossier.

France Télévisions s'attend à un déficit de 50 millions d'euros en 2016, alors que le gouvernement a décidé de limiter la hausse de la redevance à un euro, a-t-on appris mardi de source proche du dossier, confirmant une information du Figaro.

Ces chiffres ont été communiqués dans un courrier aux administrateurs du groupe audiovisuel public par sa nouvelle patronne, Delphine Ernotte, qui annonce également un plan d'économies.

Cette dernière met en avant la situation dégradée du marché publicitaire qui plombe les comptes de France Télévisions, alors que les "ressources publiques seraient au mieux stables" l'année prochaine. "A cette heure, compte tenu des hypothèses budgétaires communiquées par notre actionnaire, les ressources publiques pour France Télévisions seraient au mieux stables en 2016 par rapport à 2015.

Au regard par ailleurs de l'évolution du marché publicitaire, on peut considérer, si ce schéma était confirmé, que les ressources globales de l'entreprise diminueraient en 2016", écrit Delphine Ernotte.

"La confirmation de ces montants conduirait (...) à un déficit prévisionnel pour 2016 de l'ordre de - 50 millions, malgré la prise en compte d'hypothèses d'économies par rapport à 2015", ajoute-t-elle.

Un plan d'économies

Courant juillet, France Télévisions avait confirmé que ses pertes pourraient atteindre 10 millions d'euros à la fin 2015, au lieu des 5 millions prévus. En 2014, la perte nette du groupe s'était élevée à 38,4 millions d'euros. "Ce déficit chronique doit nous conduire à repenser la stratégie globale et repose la question de notre capacité à remplir l'ensemble de nos missions.

Cela fera l'objet d'une discussion en conseil (d'administration) et avec notre actionnaire", précise la PDG de France Télévisions. "Mais sans attendre, j'ai demandé à l'ensemble des équipes de préparer un plan d'économies, à l'exclusion de tout nouveau plan de départ", annonce la dirigeante du groupe, où l'on souligne que seul le plan de départ volontaires en cours, portant sur 340 postes, se poursuivra jusqu'à fin 2015.

En prenant les rênes de France Télévisions, Delphine Ernotte avait réclamé "plus de redevance et plus de publicité" pour le groupe public. Mais le gouvernement a finalement choisi de limiter la hausse de la redevance à un euro et de taxer davantage les fournisseurs d'accès à internet, plutôt que de remettre de la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques.

J.M. avec AFP