BFM Business

Soupçonné de "favoritisme", Mathieu Gallet sera jugé en novembre

Le montant total des contrats litigieux, passés avec des sociétés de conseil en communication, s'élève à 428.000 euros.

Le montant total des contrats litigieux, passés avec des sociétés de conseil en communication, s'élève à 428.000 euros. - Matthieu Alexandre-AFP

Mathieu Gallet est soupçonné de "favoritisme" pour des contrats d'une valeur de 428.000 euros qu'il avait passés lorsqu'il était président de l'INA de 2010 à 2014. Son procès en correctionnelle a été fixé au 16 novembre 2017.

L'automne 2017 risque d'être mouvementé pour le PDG de Radio France. Mathieu Gallet, soupçonné de "favoritisme" dans des contrats passés entre 2010 et 2014 alors qu'il présidait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), va être jugé devant un tribunal correctionnel, a annoncé le parquet de Créteil.

Le procès est fixé au 16 novembre et le montant total des contrats visés par l'enquête préliminaire, passés avec des sociétés de conseil en communication, s'élève à 428.000 euros, a précisé le parquet.

L'affaire avait été révélée par Le Canard enchaîné en 2015. Il révélait l'existence d'une note rédigée par un service de Bercy, le contrôle économique et financier.

Le document épinglait plusieurs contrats de conseil qui auraient dû, selon les textes, être mis en concurrence par le président de l'INA de l'époque.

Les dépenses de réception épinglées par la Cour des comptes

Les contrats passés en 2010 et 2011 pour un montant de 50.000 euros avec l'institut de sondages OpinionWay, également soupçonnés d'entorse à la concurrence, ne sont finalement pas concernés par le renvoi, le délai de prescription étant dépassé.

En mai 2016, un pré-rapport de la Cour des comptes, dont les conclusions définitives sont toujours attendues, avait également épinglé les dépenses de l'INA sous la présidence de Mathieu Gallet.

Outre les contrats litigieux, la Cour avait pointé les frais de réception de l'ancien président de l'INA: 61.063 euros entre 2012 et avril 2014, "soit une moyenne de plus de 2.300 euros par mois, ce qui paraît très conséquent pour un établissement de la taille de l'INA", avait souligné la Cour.

F.Bergé avec AFP