BFM Business

Roland-Garros: projets et polémiques sur son avenir

Roland Garros a un besoin vital de s'agrandir, selon la Fédération française de tennis.

Roland Garros a un besoin vital de s'agrandir, selon la Fédération française de tennis. - -

Entre projet d'extension du site et augmentation des dotations financières, Roland-Garros doit trouver des financements. Des nouveaux partenaires, mais aussi la revalorisation des droits TV devraient y contribuer. Dans le JDD du 26 mai, la ministre des Sports refuse que le tournoi soit diffusé sur une chaîne payante.

Roland-Garros, dont l'édition 2013 commence ce 26 mai, a un besoin vital de s’agrandir. C’est, en tout cas, la version de la Fédération française de tennis (FFT), appuyée par la Ville de Paris, pour justifier son projet d’extension du site actuel.

Une bataille juridique est en cours avec des associations de riverains et de sauvegarde du patrimoine. Le projet de la FFT, s’il aboutit, pourrait coûter environ 340 millions d’euros. La première version, évaluée à 275 millions, avait été retoquée en mars par le Tribunal administratif de Paris.

La FFT estime qu’elle n’a pas le choix, si le prestigieux tournoi veut continuer à accueillir les meilleurs joueurs du monde. Installations vétustes, spectateurs entassés sur des sièges peu confortables, le constat est unanime: un coup de neuf est nécessaire.

Emirates nouveau partenaire

Les concurrents de Roland-Garros possèdent, eux, des infrastructures de meilleure qualité, attirent davantage de spectateurs, et offrent de plus grosses dotations aux joueurs. De ce point de vue, même s’ils n’en possèdent pas encore le prestige, des tournois "émergents", tels Rome ou Madrid, viennent maintenant menacer Roland-Garros.

Résultat: une course aux primes est engagée, et la FFT a déjà annoncé que 22 millions d’euros de gains seraient versés aux joueurs du tournoi parisien pour l’édition 2013, soit une hausse de 3 millions par rapport à l’an passé.

Pour financer cette augmentation, qui devrait s’avérer être une tendance sur le long terme, elle compte bien renégocier au prix fort le montant des droits TV, lors d’un nouvel appel d’offres en septembre prochain.

Mais dans le JDD du 26 mai, Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, refuse l'idée de voir le tournoi diffusé sur une chaîne payante. "Comme le Tour de France, Roland Garros fait partie de notre patrimoine sportif (..) Il y aurait beaucoup moins de télespectateurs, car tous les Français ne peuvent pas s'offrir une chaîne payante", explique-t-elle. Ajoutant : " La FFT se placerait dans une situation de fragilité en devenant trop dépendante des droits. On a vu les risques quand Orange Sport a disparu".

Un nouveau partenariat a également été conclu avec la compagnie aérienne Emirates en avril dernier, tout en conservant BNP Paribas comme parrain officiel. Le projet d’extension, qui devrait attirer plus de monde et permettre d’augmenter le prix des places, y participera évidemment.

Yann Duvert