BFM Business

Radio France: qui pourrait succéder à Mathieu Gallet?

Le mandat pourrait ne pas durer 5 ans mais s'arrêter courant 2019

Le mandat pourrait ne pas durer 5 ans mais s'arrêter courant 2019 - Radio France - Christophe Abramowitz

Le nouveau patron des radios publiques sera nommé d'ici deux mois par le CSA. D'ores et déjà, de premiers noms circulent. Quel qu'il soit, ce PDG devra probablement faire avec un mandat écourté.

La ministre de la culture Françoise Nyssen souhaite nommer un président unique pour tout l'audiovisuel public, affirmait le Monde samedi 17 février. Ce projet -qui figurerait dans la loi sur l'audiovisuel en préparation pour fin 2018- change considérablement la nomination en cours du nouveau patron de Radio France. Cela signifie que le nouveau PDG n'ira pas au terme de son mandat de cinq ans, mais sera débarqué avant (sans doute courant 2019) par la désignation de ce président unique. Bref, il ne sera qu'un pape de transition. Mais, inversement, ce mandat écourté pourrait aussi servir de tremplin à une candidature à cette présidence commune.

Nouvelle donne

Cette nouvelle donne est sans nul doute prise en compte par les candidats potentiels. "La durée du mandat raccourcie devrait inciter à choisir un dirigeant venu de l'interne", pointe un poids lourd du secteur. Justement, les noms de deux dirigeants actuels circulent. D'abord, Laurent Guimier, qui a dirigé France Info avec succès (2014-2017), et est actuellement directeur des antennes et des contenus, soit en quelque sorte le numéro deux des radios publiques (interrogé, l'intéressé se refuse à tout commentaire). Ensuite, Eric Revel, directeur de France Bleu depuis novembre 2016, dont le nom est avancé par Presse News (contacté, il n'a pas répondu).

Circulent ensuite le nom d'anciens de la maison. Comme Olivier Poivre d'Arvor, actuellement ambassadeur en Tunisie, qui fut directeur de France Culture à 2010 à 2015, date à laquelle il a été remercié par Mathieu Gallet (contacté, il n'a pas répondu). Ou son prédécesseur à France Culture Bruno Patino, aujourd'hui directeur éditorial à Arte France (interrogé, l'intéressé répond: "je ne suis candidat à rien"). 

Des hommes de radio

Viennent enfin d'autres hommes de radio, tel Christopher Baldelli, président du directoire de RTL France, qui rêve sans doute de succéder à Nicolas de Tavernost à la tête de M6, mais pourrait se lasser d'attendre (contacté, il n'a pas répondu). Ou encore Denis Olivennes, président du directoire de Lagardère Active, qui a dirigé sans grand succès Europe 1 de 2010 à 2017 (contacté, il botte en touche: "Radio France est une très belle maison, je ne doute pas qu'il y aura pléthore de candidats de talent").

En revanche, plusieurs candidats potentiels sont à écarter a priori. D'abord, Pierre Louette, qui quitte son poste de directeur général délégué d'Orange mais a déjà trouvé un nouveau point de chute: la direction des médias de LVMH (les Echos, le Parisien), comme l'a révélé il y a un mois BFM Business. Ensuite, Martin Ajdari, qui fut directeur général délégué de Radio France de 2004 à 2009, puis en 2014 candidat malheureux à la présidence contre Mathieu Gallet. Aujourd'hui directeur général des médias et des industries culturelles au ministère de la Culture, il supervise à ce titre les radios publiques, ce qui pourrait poser un problème juridique (contacté, il n'a pas répondu). Enfin, David Kessler, directeur de France Culture entre 2005 et 2008, actuellement directeur des contenus d'Orange, indique qu'il n'est pas candidat.

Plus de transparence

C'est le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) qui va désigner le nouveau patron de Radio France. Le gendarme de l'audiovisuel a annoncé le 14 février la procédure suivie. En particulier, le CSA indique qu'il rendra publics les noms de tous les candidats. Une différence majeure par rapport au choix du président de France Télévisions en 2015, où le nom des candidats était resté secret, suscitant de vives critiques. 33 candidatures avaient alors été reçues, mais les noms les plus importants avaient fuité. Voici la liste intégrale des candidats:

François Artigas (journaliste à TéléCabSat)
Céline Bachelier (présidente de Expo en poche)
Christophe Beaux (Monnaie de Paris)*
Matthieu Bellinghen (France Télévisions)*
Antoine Boilley (France Télévisions)
Alain Caron
Serge Cimino (France Télévisions)*
Nathalie Collin (la Poste)
Pierre Davila***
Eric Delagneau (journaliste à France Télévisions)
Cyril du Pelloux (Veolia)
Delphine Ernotte (Orange)
Eric Garandeau (ex-CNC)*
Emmanuel Gout (président de Cinecitta Parchi)
Cyril Hanouna (C8)***
Emmanuel Hoog (AFP)
Pascal Josèphe (Global Story Factory)
Nacer Kettane (Beur FM)*
Guillaume Klossa (EuropaNova)
André Kornmann (avocat)
Patricia Langrand (Steria)
Robin Leproux (ex-M6)
Estelle Mehal (femme politique)
Jean-Luc Michaux (producteur)
Alexandre Michelin (MSN)
Jean-Paul Philippot (administrateur général de la RTBF)
Rémy Pflimlin (France Télévisions)
Didier Quillot (ex Lagardère)
Claude-Yves Robin (ex France Télévisions)
Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde)
Gérard Savatier***
Rayane Toukourou
Stéphane Violette

*avait confirmé officiellement sa candidature
**candidature retenue au deuxième tour par le CSA
***candidature jugée irrecevable par le CSA

Source: BFM Business

Jamal Henni