BFM Business

Radio France: le CSA maintient sa confiance à Gallet

Mathieu Gallet a dû s'expliquer face à Fleur Pellerin.

Mathieu Gallet a dû s'expliquer face à Fleur Pellerin. - Bertrand Guay - AFP

Mercredi, le gendarme de l'audiovisuel a affiché sa solidarité avec le patron de Radio France, quelques heures après que la ministre de la Culture ait pris ses distances.

Des vents contraires ont soufflé mercredi 25 mars sur Radio France. 

Tout d'abord, la ministre de la Culture Fleur Pellerin, a "convoqué" Mathieu Gallet, et "lui a demandé sous 15 jours des propositions précises et fermes" sur la stratégie de l'entreprise et les travaux de la Maison de la Radio, a indiqué le ministère.

"Les propositions de Mathieu Gallet jusqu'ici ne sont pas suffisamment précises et documentées", a commenté le ministère, qui estime donc ne pas avoir, pour l'instant, de quoi négocier et élaborer le COM (contrat d'objectifs et de moyens) qui fixera les objectifs et les moyens du groupe public.

Alors que les antennes de Radio France sont paralysées par une grève très suivie depuis jeudi dernier, la ministre lui a aussi demandé "un point de situation sur les discussions avec les représentants des salariés", se disant "préoccupée par ce mouvement qui dure".

Le CSA "maintient sa confiance"

Peu après cette prise de distance, le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), muet depuis le début de la crise, s'est enfin exprimé en début d'après-midi. Le gendarme de l'audiovisuel, qui avait choisi Mathieu Gallet il y a moins d'un an, déclare lui "maintenir sa confiance". Toutefois, il "demande à Mathieu Gallet de lui communiquer l’ensemble des orientations élaborées pour faire face aux déséquilibres financiers, en prenant en compte l’intérêt de ses personnels".

Plan de départs volontaires

Le PDG a indiqué mardi aux salariés en CCE qu'il envisageait un plan de départs volontaires concernant 200 ou 300 salariés, sans attendre l'issue des négociations avec l'Etat sur le contrat d'objectifs et de moyens. Après avoir annoncé en novembre que le groupe serait gravement déficitaire en 2015, Mathieu Gallet a évoqué depuis une série d'autres pistes d'économies, dont le transfert d'un des deux orchestres au Théâtre des Champs-Elysées.

La Caisse des dépôts, qui finance le théâtre a indiqué mardi n'avoir été saisie d'aucune demande à ce sujet. Craignant un sévère plan d'économies et des réductions d'emplois, les syndicats du groupe, sauf le Syndicat national des journalistes, ont lancé depuis jeudi dernier une grève illimitée qui perturbe fortement les antennes. Le PDG de Radio France est par ailleurs affaibli par une polémique sur les frais de rénovation de son bureau ainsi que le recrutement, aux frais de Radio France (90.000 euros par an), d'un conseiller en communication pour gérer son image.

D. L. avec AFP