BFM Business

Quand un cadeau de Jamel Debbouze à Melissa Theuriau finit euthanasié

Jamel Debbouze et Melissa Theuriau en 2008, quelques mois avant leur mariage

Jamel Debbouze et Melissa Theuriau en 2008, quelques mois avant leur mariage - AFP Miguel Medina

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. L'humoriste avait offert en cadeau à la présentatrice un superbe poulain, mais ce dernier a dû être euthanasié trois mois et demi plus tard. A qui la faute?

En 2006, Melissa Theuriau vient faire un reportage sur le tournage d'Asterix aux jeux olympiques. A cette occasion, elle rencontre pour la première fois Jamel Debouzze, l'une des stars du film. Tous deux se retrouvent en janvier 2007 au festival de l'Alpe d'Huez. C'est alors le coup de foudre, et les deux amoureux se fiancent quelques mois plus tard. L'humoriste décide alors d'offrir à la présentatrice un cheval (le signe de sa belle dans l'horoscope chinois). Dans un haras de Mayenne, il porte son dévolu un superbe poulain baptisé Qredo de Vieve, d'une valeur de 6.000 euros.

Las! Le cheval meurt le 1er novembre 2007, à peine trois mois et demi après avoir été acheté par Jamel. Précisément, le pauvre animal souffrait d'une crise violente de colique abdominale. Et le couple a, conjointement, avec l'éleveur, décidé de l'euthanasier. L'éleveur a alors offert en compensation à Melissa Theuriau un autre cheval de même valeur, Rhea Nova de Vieve.

Une castration qui tourne mal

Mais l'éleveur se souvient que les crises de coliques de Qredo de Vieve ont démarré six mois plus tôt, lors d'une castration qui a mal tourné. En effet, quelques heures après la castration, une éventration a eu lieu, c'est-à-dire que l'intestin est sorti de la cavité abdominale via un trou dans la paroi de son abdomen. L'éventration a été traitée immédiatement par le vétérinaire qui venait d'effectuer la castration.

L'éleveur et Melissa Theuriau se retournent alors contre le vétérinaire, lui réclamant 31.867 euros pour payer le nouveau cheval, rembourser les soins et les frais de justice, mais aussi les indemniser de leur préjudice moral. L'éleveur demande à être indemnisé de la peine causée par la vue des souffrances de l'animal. Tandis que Melissa Theuriau affirme que l'euthanasie "a été une décision douloureuse, alors qu'elle avait reçu en cadeau Qredo de Vieve de son futur mari". 

Une complication fréquemment mortelle

Un expert est alors nommé pour clarifier les responsabilités. Il conclut que le cheval est mort suite à une torsion du colon, "sans relation" avec la castration qui a mal tourné. Il ajoute qu'après ce type d'opération, une éventration est une complication rare (environ 2 cas pour 1.000) mais connue et fréquemment mortelle. Dès lors, il estime qu'aucun reproche ne peut être fait au vétérinaire.

S'appuyant sur ce rapport, le tribunal de grande instance de Laval déboute l'éleveur et Melissa Theuriau, condamnés à rembourser 1.800 euros de frais de procédure au vétérinaire.

Défaut d'information

Mécontents, l'éleveur et Melissa Theuriau décident de faire appel. En janvier 2012, la cour d'appel d'Angers leur donne en partie raison. Elle estime que le vétérinaire aurait dû prévenir l'éleveur des risques de complications après une castration. Pour les juges, "le vétérinaire, tenu d'une obligation d'information envers son client, se devait donc, préalablement à la castration, de l'informer de manière claire, intelligible et complète du risque d'éventration, s'agissant d'une complication grave normalement prévisible, de telle sorte que son client puisse annuler l'opération s'il ne souhaitait pas le faire courir à son animal. Il se devait également d'indiquer à son client les avantages et les inconvénients des différentes techniques chirurgicales [de castration], de manière à ce qu'il puisse donner un consentement éclairé. Il n'a donc pas correctement informé son client. Ce faisant, il a commis une faute engageant sa responsabilité."

Toutefois, "la probabilité que l'éleveur ait renoncé à la castration apparaît faible, mais ne peut être tenue pour inexistante". La cour estime cette probabilité à 10%, et donc condamne le vétérinaire de rembourser à l'éleveur 10% des soins et du préjudice moral, plus les frais de justice, soit au total 3.179 euros. En revanche, Melissa Theuriau n'obtient rien au titre de son préjudice moral.

Ce triste épisode n'empêche pas Jamel et Melissa de convoler en justes noces en mai 2008, à l'abbaye de Vaux de Cernay dans la forêt de Rambouillet, puis à Marrakech... De son côté, Rhea Nova de Vieve participe régulièrement à des compétitions d'équitation.

Contactée, Melissa Theuriau n'a pas répondu, tandis que son avocat Jean Leprieur s'est refusé à tout commentaire.

Retrouvez les autres épisodes de la série ici.

Jamal Henni et Simon Tenenbaum