BFM Business

Publicis et Omnicom: mariage de géants dans la publicité

Maurice Lévy, patron de Publicis à Davos début 2013

Maurice Lévy, patron de Publicis à Davos début 2013 - -

Le groupe français et son concurrent américain ont annoncé, dimanche 28 juillet, un rapprochement qui donnera naissance à terme au premier groupe mondial de publicité. Sa valorisation boursière atteindrait 26 milliards d'euros.

Publicis et Omnicom vont donner naissance au leader mondial de la publicité. Le Français et l'Américain ont en effet annoncé, dimanche 28 juillet, leur rapprochement après six mois de négociations secrètes.

La fusion de Publicis, numéro trois mondial du secteur, avec le deuxième, Omnicom, qui possède entre autres les agences TBWA, DDB et BBDO, donnera naissance au leader incontesté de la publicité avec près de 17 milliards d'euros de chiffres d'affaires. La capitalisation boursière pourrait atteindre 26 milliards. Lancé avant 2014, le nouveau groupe prendra le nom de Publicis Omniom Group. Il comptera plus de 130.000 collaborateurs. Il devrait être basé aux Pays Bas.

Publicis est actuellement présent dans 108 pays avec près de 58.000 collaborateurs. Il possède les agences Saatchi&Saatchi, Leo Burnett, ZénitOptimedia... Son chiffre d'affaire est de 6,6 milliards d'euros contre 11,1 pour son nouvel allié. Publicis apportera en particulier son expertise dans le digital alors qu'Omnicom a une meilleur réputation sur l'aspect créatif.

Mais le premier intérêt de la fusion est la taille du futur groupe. Il aura davantage de poids pour négocier et pour imposer ses tarifs à la presse ou aux télévision, mais aussi et surtout des géants comme Google ou Facebook, qui sont des acteurs incontourbable de la pub aujourd'hui.

Cette fusion devra encore être avalisée par les conseils des deux groupes, et surtout par les autorités de la concurrence françaises et américaines.

Maurice Lévy sur le départ ?

Pour Maurice Lévy qui, à 71 ans, dirige d'une main de fer Publicis depuis 1987, la fusion sera l'occasion de céder sa place pour conserver une fonction non exécutive. Il pouvait statutairement rester jusqu'à 75 ans à la direction exécutive de Publicis.

En 2011, son départ avait déjà été évoqué. C’est la décision de la présidente du conseil de surveillance du groupe, Elisabeth Badinter, héritière du fondateur Marcel Bleustein-Blanchet, qui avait permis à Maurice Lévy de rester encore en place. Plusieurs candidats maison étaient pourtant sur les rangs, et notamment le numéro 2 du groupe, Jean-Yves Naouri.

La fusion des deux groupes pourrait permettre à John Wren, 58 ans,le patron d'Omnicom, de prendre à terme la tête du nouveau géant de la pub mondiale.

BFMbusiness.com