BFM Business

Pourquoi les livres numériques sont-ils si chers?

La France a choisi de protéger l'éditeur au détriment du consommateur

La France a choisi de protéger l'éditeur au détriment du consommateur - François Guillot AFP

Le livre numérique est moins développé en France, surtout parce qu'il y est plus cher. Or le prix est fixé par l'éditeur et non par le commerçant...

Vendredi 20 mars s'ouvre la nouvelle édition du Salon du livre. L'occasion pour la profession de se livrer à un exercice d'introspection. Et de constater à nouveau que le livre numérique peine à décoller dans l'Hexagone. Selon l'institut GfK, il a représenté en 2014 63,8 millions d'euros de chiffre d'affaires (+45%), soit seulement 1,6% du marché en valeur, et 2,4% en volume. 

Lanterne rouge

C'est bien moins que dans les autres pays. En 2014, le numérique représente déjà 31% du marché britannique, ou 26% du marché américain, selon Hachette. Même nos voisins sont plus avancés: en 2013, le livre numérique représentait 4,5% du marché en valeur en Espagne, 3,7% en Italie, 3,2% aux Pays-Bas, et 2,4% en Allemagne, selon le cabinet GfK.

Plus cher que le poche et qu'à l'étranger

L'explication est simple: le livre numérique reste cher. En 2014, son prix moyen s'élève à 7,7 euros (-7%), selon GfK. Certes, c'est moins cher qu'un livre papier (11,3 euros en moyenne selon GfK), mais quand même plus cher qu'un livre de poche (6,84 euros). Un comble alors qu'un livre numérique coûte bien moins cher à imprimer et à distribuer, et qu'un livre de poche est censé être amorti depuis longtemps...

Selon une étude portant sur les 10 livres de fiction les plus vendus, la version numérique est vendue 27% moins chère que la version papier en France, contre -28% en Italie, -42% aux Pays-Bas, -44% en Grande-Bretagne, et -50% en Espagne... Des résultats confirmés par la comparaison du prix des livres les plus vendus en 2014 (cf. encadré ci-dessous). A noter que les best sellers voient leur prix baisser au fil du temps à l'étranger, mais semblent rester au même prix -élevé- chez nous.

Un modèle anglo-saxon différent

Le premier éditeur français, Hachette, admet sans détours l'impact du prix aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. "Ce sont les deux seuls pays au monde à avoir adopté massivement le livre numérique. Quand un livre est proposé 50% moins cher en numérique, le consommateur se demande s'il n'y a pas de valeur d'usage", expliquait le PDG Arnaud Nourry, le 12 mars, lors d'un colloque de la Scam.

Selon lui, l'explication est qu'"Amazon a cassé le modèle" en proposant des livres numériques à prix cassés. Ce qui est impossible en France, où le prix de vente est fixé par l'éditeur, et non par le libraire -c'est le système de prix unique du livre. "En France, on a rendu le bradage impossible par ces opérateurs", a expliqué Arnaud Nourry.

D'autres explications

Toutefois, ceci n'explique pas tout. En effet, le livre numérique en France est aussi plus cher que dans les autres pays européens.

Chez Hachette, on avance deux autres explications supplémentaires: "d'abord, le marché français est plus limité que d'autres. Ensuite, les frais de traduction en français renchérissent le prix".

Mais, là encore, ces justifications ne résistent pas à l'analyse, qui montre que les auteurs français comme Valérie Trierweiler ou Katherine Pancol sont vendus moins chers dans les autres langues... 

Prix d'un livre numérique selon les pays (en euros)

50 nuances de Grey (EL James)
France: 7,99
Allemagne: 8,99
Pays-Bas: 4,49
Italie: 6,99
Grande-Bretagne: 5,06

Merci pour ce moment (Valérie Trierweiler)
France: 14,99
Espagne: 11,39
Italie: 7,99
Grande-Bretagne: 11,59

Nos étoiles contraires (John Green)
France: 12,99
Allemagne: 9,99
Espagne: 6,64
Italie: 9,99
Grande-Bretagne: 3,44

Muchachas 1 (Katherine Pancol)
France: 13,99
Espagne: 7,59
Italie: 1,49
Pays-Bas: 15,99

La vérité sur l'affaire Harry Quebert (Joel Dicker)
France: 11,99
Allemagne: 9,99
Espagne: 9,49
Italie: 9,99
Pays-Bas: 7,99
Grande-Bretagne: 13,11

Source: prix relevés sur Amazon le 20 mars
le 20 mars

Jamal Henni