BFM Business

Pourquoi le gendarme des télécoms ne veut plus réguler la TNT

L'émetteur du Pic du Midi

L'émetteur du Pic du Midi - TDF

L'Arcep, qui régulait depuis 2004 les tarifs de gros de TDF, va cesser de le faire, ce qui devrait entraîner des hausse de prix sur un marché déjà en duopole.

Discrètement, le gendarme des télécoms s'occupe d'audiovisuel depuis 2004. En effet, l'Arcep régule le marché de la diffusion terrestre des chaînes de télévision. Ce marché est dominé par l'opérateur historique TDF, concurrencé par quelques petits concurrents, comme Towercast (filiale de NRJ).

Ces concurrents, pour élaborer une offre alternative, utilisent bien souvent les infrastructures de TDF. Ils lui louent par exemple un pylône pour y installer une antenne concurrente. L'Arcep régulait ces prestations fournies par TDF à ses concurrents, notamment en plafonnant leur tarifs.

Mais le régulateur des télécoms jette l'éponge. Mercredi 20 juin, l'Arcep a annoncé qu'elle ne souhait plus réguler ce marché. En pratique, TDF va donc retrouver une liberté totale sur ses prix, ce qui va lui permettre de les augmenter sans aucune entrave... Une mauvaise nouvelle pour les chaînes TNT, qui vont voir leurs coûts augmenter.

Duopole

La décision de l'Arcep est d'autant plus surprenante que TDF n'a jamais été aussi puissant depuis la fin de son monopole, car il a avalé successivement la plupart de ses concurrents. En 2006, l'ex-Télédiffusion de France avait d'abord repris Antalis. Rebelote en 2016: il déboursé 104,7 millions d'euros pour racheter son concurrent Itas Tim, qui détenait environ 10% du marché et avait lui-même racheté précédemment OneCast (filiale du groupe TF1).

Bref, après tous ces rachats, l'ancien monopole n'a plus qu'un seul concurrent en vie: Towercast, filiale de NRJ. Et il peut difficilement racheter ce concurrent, car Towercast réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros, un tel rachat devrait passer sous les fourches caudines du gendarme de la concurrence, contrairement aux rachats précédents.

Mais, bien que le marché soit devenu un duopole, Towercast voit quand même ses résultats reculer (cf. chiffres ci-dessous). Mais ce n'est pas bien grave pour le régulateur, qui estime qu'"à moyen terme, il est peu probable que le rachat d'Itas Tim bouleverse significativement les équilibres des marchés de gros".

Pourtant, le gendarme des télécoms, dans sa décision, reconnaît lui même que TDF est ultra-dominant. Il détient 76,9% du marché -et même 90,4% si l'on retire les pylônes loués par Towercast à TDF. Pire: ses prix sont plus élevés lorsqu'il n'a pas de concurrent sur un site, que lorsqu'il y a un pylône alternatif. Selon l'Arcep, TDF a ainsi augmenté ses tarifs de +5% depuis 2013 sur les sites où il est en monopole.

Hara-kiri

Pour justifier son hara-kiri, le régulateur avoue son impuissance: il explique que sa régulation n'a pas servi à grand chose:

"La régulation a permis l’émergence et le maintien d’une concurrence. Cette concurrence demeure néanmoins modeste.
En valeur absolue, l'effet de cette concurrence sur les prix est assez modeste.
La concurrence, permise notamment par l’action du régulateur, n’a pas bouleversé les équilibres de la diffusion de la TNT, comme elle a pu le faire sur d’autres marchés du secteur des télécoms."

Second argument de l'Arcep: de toutes façons, la TNT est vouée à disparaître comme mode de diffusion de la télévision, au profit des réseaux télécoms (ADSL, fibre optique). 

Une disparition qui n'aura pas lieu avant 2030 au plus tôt, mais qui ne fera pas les affaires de TDF (qui emploie encore 2370 salariés). En 2017, la TNT lui a encore rapporté 174 millions d'euros de chiffres d'affaires, soit 26% de ses revenus. Et la suppression de deux multiplex en 2016 à l'occasion du passage au MPEG 4 lui a coûté 11,3 millions d'euros de revenus...

Les résultats de TDF et Towercast (en millions d'euros)

TDF
Chiffre d'affaires
2015: 700 dont TNT 218 radio 126
2016: 674 dont TNT 187 radio 121
2017: 677 dont TNT 174 radio 115

Excédent brut d'exploitation
2015: +336
2016: +352
2017: +350

Résultat net
2016: +108
2017: -15

Towercast (hors chiffre d'affaires avec NRJ)
Chiffre d'affaires
2015: 63,3
2016: 55,2
2017: 54,4

Résultat opérationnel courant
2015: +17,1
2016: +13
2017: +14,9

Source: sociétés

Les points hauts en France

TDF: 10.300
FPS/American Tower: 4.800
Cellnex: 1.400
Orange: 8.000
SFR: 5.250
Bouygues Telecom: 300
Free: 700
Loués entre opérateurs mobiles: 9.450

Source: ANFR, TDF

Jamal Henni