BFM Business

Plafonnement des salaires des stars: qui sera touché?

Pour "le Marsupilami", Jamel Debbouze et Alain Chabat ont chacun touché plus d'un million d'euros.

Pour "le Marsupilami", Jamel Debbouze et Alain Chabat ont chacun touché plus d'un million d'euros. - Kenzo Tribouillard - AFP

Deux ans après le début de la polémique sur le salaire des stars, les rémunérations d'acteurs comme Dany Boon, Jean Dujardin ou Kad Mérad pourraient être écornées par une décision du Centre national du cinéma. L'établissement public ne veut plus subventionner les films dont les stars touchent plus d'un million d'euros.

Les producteurs français vont devoir choisir entre des salaires mirobolants pour leurs stars et les deniers publics. Après avoir longtemps défendu ses vedettes, le Centre national du cinéma (CNC) a fait volte-face, début décembre, selon les Echos. Le CNC s'apprête à fixer un plafond sur le salaire touché par un seul talent, qu'il soit producteur, réalisateur ou acteur.

Depardieu, Boon et Dujardin parmi les coupables

Désormais, pour bénéficier de subventions du CNC, il faudra limiter le salaire maximum à 990.000 euros, tous postes confondus, pour les films coûtant plus de 10 millions d'euros. Si les producteurs choisissent de payer une vedette plus cher, ils ne pourront pas bénéficier du financement du CNC.

En pratique, cette mesure pourrait impacter toute une série de vedettes dont les cachets récents dépassent le million d'euros.

Parmi eux, Le Marsupilami, pour lequel Alain Chabat et Jamel Debbouze ont chacun touché plus d'un million d'euros. Ou Astérix, qui a rapporté plus d'un million à Gérard Depardieu, indique le classement annuel du Figaro.

L’année précédente, d’autres acteurs avaient touché plus d’un million d’euros pour un seul film, comme Jean Dujardin, qui demande 2 millions d’euros pour les films grand public, ou Kad Mérad, qui avait touché un million d’euros pour l’Italien.

Mais, ces dernières années, le champion reste Dany Boon,. Il a ainsi touché 3,5 millions d'euros pour Eyjafjallojökul, et 3 millions d'euros pour Rien à déclarer

Le producteur qui avait lancé la polémique félicite le CNC

Une polémique avait été lancée par une tribune du producteur Vincent Maraval dans Le Monde, en 2012, où il dénonçait les salaires des stars des films à gros budgets qui s'étaient ″plantés″ et avaient ″perdu des millions d'euros″.

La nouvelle a été plutôt bien accueillie par le monde du cinéma, notamment par Vincent Maraval, qui a félicité le CNC sur Twitter.

Mais les stars du cinéma français peuvent tout de même réveillonner sereinement.

En effet, la mesure ne touche que les rémunérations fixes. Or, bien souvent, les stars touchent en plus un salaire variable indexé sur les entrées en salles des longs métrages, avec parfois même un minimum garanti reçu quelque soit le succès du film.

Par exemple, sur Supercondriaque, Dany Boon et Kad Merad ont touché un pourcentage des recettes en salles. Le premier a reçu un à valoir de 1,9 millions d'euros en tant qu'auteur, et le second une avance de 650.000 euros sur cette rémunération variable. 

Vient également s'ajouter une rémunération pour l'utilisation de son image, ou ″bénéfice non commercial″ (BNC).

Ces deux à-côtés qui avaient été pointés du doigt par deux rapports sur le financement du cinéma, rédigés respectivement par la Cour des Comptes et par René Bonnell, ancien patron du cinéma de Canal Plus. 

J.S