BFM Business

Pinault se lance dans la croisière de luxe

Pinault pourrait racheter la compagnie du Ponant.

Pinault pourrait racheter la compagnie du Ponant. - CMA-CGM

Artemis, la holding de François-Henri Pinault est entré en discussion pour racheter la Compagnie du Ponant. Un moyen de continuer à se développer dans le secteur du luxe.

François-Henry Pinault s'offre une croisière de luxe. Sa holding Artemis, qui contrôle le groupe de luxe Kering, vient d'engager des négociations exclusives pour racheter la Compagnie du Ponant au fonds Bridgepoint. Le montant est estimé à 400 millions d'euros.

Ces discussions "exclusives" doivent aboutir à un accord avant la fin du mois. Cette acquisition du croisiériste de luxe doit permettre à la holding Artemis créée en 1992, de continuer le développement de son éventail de sociétés dans le secteur du luxe.

En effet, la croisière de luxe est un marché de niche à forte croissance. La Compagnie du Ponant est spécialisée sur le segment haut de gamme. Ce sont de véritables palaces flottants. Pas de paquebots géants, mais 5 navires 5 étoiles de petite capacité qui battent tous pavillon français. Le plus gros n'excède pas 132 cabines, pour que les clients se sentent exclusifs. Elle a été élue, le mois dernier, meilleure compagnie de croisière par les professionnels du tourisme.

Art de vivre à la française

Le Ponant met en avant l'art de vivre à la française recherché par les touristes américains et asiatiques. Décoration élégante, équipage attentionné, cuisine gastronomique, prestations hôtelières haut de gamme, un partenariat exclusif avec les champagnes Veuve Clicquot et des invités conférenciers comme Olivier de Kersauson, Luc Ferry ou Nicolas Hulot. Comptez entre 4.000 et 6.000 euros la semaine. Ses yachts naviguent sur tous les océans du monde mais surtout en Arctique et en Antarctique.

La compagnie du Ponant est d'ailleurs n°1 mondial des croisières polaires. Ponant, fondé en 1988 et au chiffre d'affaires de 120 millions d'euros en 2014 selon son site internet, avait été racheté en 2012 par Bridgepoint à l'armateur français CMA CGM pour un montant non divulgué.

H. C. avec AFP