BFM Business

Pflimlin: "France Télévisions aimerait faire 'The Voice'"

"La fusion des rédactions est sur les rails pour 2015", a assuré Rémy Pflimlin

"La fusion des rédactions est sur les rails pour 2015", a assuré Rémy Pflimlin - -

Le PDG de France Télévisions s'est livré vendredi 10 janvier sur BFM Business à un éloge inattendu du télé-crochet de TF1. En revanche, il a refusé d'évoquer sa succession à la tête du groupe public.

Il est loin le temps où le patron de France Télévisions dénigrait la télé-réalité. Rémy Pflimlin s'est livré, vendredi 10 janvier, à un éloge inattendu de The Voice programmé sur TF1.

"C'est un programme de très grande qualité, et qui correspond à ce que nous aurions pu faire. Mais les conditions économiques ne nous le permettent pas, car son prix est nettement plus élevé que ce que nous dépensons pour nos soirées. Et en outre, nous n'avons pas de recettes publicitaires en soirée", a déclaré le PDG du groupe public, invité d'Hedwige Chevrillon, sur BFM Business ce 10 janvier.

Ruquier devra faire 10% d'audience

Concernant la nouvelle émission de Laurent Ruquier sur France 2, L'émission pour tous, il a assuré être "très confiant", ajoutant : "on s’est fixés le fait de dépasser 10% en audience dans les premiers mois".

Interrogé sur les mauvais chiffres d'audience de 2013, il a fait contre mauvaise fortune bon coeur: "l'audience de France 3 est en croissance au second semestre 2013. Mais on a une tendance globale des généralistes plutôt à la baisse avec l’emergence de la TNT. Sur deux ans, l’évolution de TF1 est exactement la même que celle de France 2. Et celle de M6 est exactement la même que France 3".

15 millions d'euros de publicité sur internet

Rémy Pflimlin a dressé un bilan flatteur de ses activités internet. D'abord, son site d'information "est devenu le premier des services audiovisuels". Ensuite, "en télévision de rattrapage, nous sommes à 70 millions de vidéos vues par mois, contre 5 millions lorsque nous avons démarré". Enfin, le PDG "pense pouvoir attendre une quinzaine de millions d'euros de publicité en 2014, contre 10 millions en 2013".

Concernant les recettes publicitaires totales, il a rappelé l'objectif de 320 millions d'euros en 2014, soit "à peu près l’équivalent de ce que nous avons fait en 2013. Nous sommes assez optimistes car tendance des deux-trois derniers mois est assez satisfaisante".

'No comment' sur la succession

Rémy Pflimlin a aussi mis en avant les économies en cours. Par exemple, la régie des Jeux olympiques d'hiver sera assurée depuis Paris, ce qui sera "plus économique". Concernant l'information, "la fusion des rédactions est sur les rails pour 2015". Enfin, concernant l'effectif, "nous l'avons déjà diminué de près 300 personnes entre 2013 et 2014. Et le plan de départs volontaires permettra d'arriver à 9.750 salariés. Le guichet sera [ouvert] du printemps 2014 à fin 2015", a-t-il expliuqé, niant tout retard dans ce plan.

En revanche, Rémy Pflimlin, dont le mandat s'achève en août 2015, s'est montré peu disert sur sa candidature à un renouvellement: "je ne vous répond pas, nous verrons". Il a rappelé avoir "défendu l’indépendance [sous la présidence Sarkozy], en organisant les primaires socialistes sur France Télévisions".

Même fin de non recevoir sur une candidature de Bruno Patino à la présidence de Radio France: "autant que je sache, ce n’est absolument pas d’actualité pour le moment. Et Bruno Patino est un collaborateur auquel je tiens..."

Jamal Henni