BFM Business

Note de taxis: Agnès Saal a été entendue en garde à vue

Agnès Saal

Agnès Saal - Dominique Faget - AFP

L'ex-présidente de l'INA a été entendue mardi dernier en garde à vue dans le cadre de deux enquêtes portant sur ses somptuaires notes de taxis.

La haute fonctionnaire Agnès Saal a été entendue en garde à vue mardi 15 septembre dans le cadre de deux enquête portant sur ses notes de taxis présentées lorsqu'elle a dirigé successivement le centre Pompidou puis l'INA, selon une source policière, confirmant les informations d'Europe 1.

Agnès Saal a été entendue sous le régime de la garde à vue par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). Elle "a été à la fois interrogée sur ses notes de taxis quand elle était à la tête de l'INA dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Créteil et sur ses notes de taxis lorsqu'elle dirigeait le Centre Pompidou", a plus précisément expliqué une source judiciaire.

Des notes salées

Pour rappel, Agnès Saal avait été nommée en avril 2014 à la tête de l'INA en remplacement de Mathieu Gallet avant d'être poussée à la démission en mai à la suite de la polémique issue de ses frais de taxis.

La haute fonctionnaire a ainsi dépensé plus de 40.000 euros de taxis en dix mois, dont 6.700 pour son fils qui disposait de son code de réservation auprès de la compagnie G7. Le parquet de Créteil a ouvert une enquête préliminaire sur ces 40.000 euros.

Auparavant, lorsqu'elle était à la tête du centre Pompidou, elle avait déjà, selon l'Express, accumulé pour près de 400.000 euros de notes taxis en sept ans.

Une pratique qui fait l'objet d'une autre enquête préliminaire émanant cette fois du parquet de Paris pour des faits présumés de détournement de fonds publics par personne chargée d'une mission de service public. Les faits portent sur un montant de 38.000 euros de notes de taxis présentées entre janvier 2013 et avril 2014.

Deux enquêtes qui sont la conséquence d'un signalement du ministère de la Culture.

J.M.