BFM Business

Neuf dates pour tout savoir de l'histoire de Gibson

Gibson vit des heures difficiles mais compte repartir de plus belle.

Gibson vit des heures difficiles mais compte repartir de plus belle. - RICK DIAMOND / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Gibson, la marque plus que centenaire a annoncé son dépôt de bilan le 1er mai. Elle redéfinit sa stratégie pour affronter l'avenir. Découvrez en neuf dates, l'histoire de cette entreprise mythique américaine qui a créé des instruments pour les meilleurs guitaristes du monde.

Un dernier blues pour Gibson. C’est l’un des titres les plus utilisés cette semaine pour illustrer le mauvais moment que vit la marque de guitares qui vient d’entrer sous la protection du Chapitre 11 américain. Ici, on dirait qu’elle est en faillite. Est-ce la fin? Pas vraiment. Gibson redéfinit une stratégie basée sur ses fondamentaux : produire des instruments de musique de qualité et perpétuer une histoire plus que centenaire.

Créée en 1902, la marque a créé un son qui reste lié, mas seulement au rock, mais à toutes les musiques du XXe siècle, du jazz à la fusion en passant par le reggae, le blues, la soul et le rythm'n blues. A quelques très rares exceptions près, tous les guitaristes qui ont participé à l’histoire de la musique ont joué sur des Gibson, même s'ils utilisait aussi des Fender, la marque concurrente lancée en 1946.

Impossible de lister tous les "guitar hero" qui les ont utilisées pour jouer les morceaux mythiques. Parmi eux, Robert Johnson, Charlie Christian, Elvis Presley, BB King, Angus Young (AC/DC), Jimi Hendrix, John Lennon, Bob Marley, Johnny Winter, Ted Nugent, Jimmy Page, Eric Clapton et Jeff Beck (liste non exhaustive et objectivement subjective). Revenons sur quelques dates qui ont fait l’histoire de cette marque.

1902 - La création de l'entreprise par Orville Gibson

-
- © Wikipedia

Orville Gibson (1856-1918) a deux passions: la lutherie et la musique. Dès 1898, il dépose un brevet (n° 598 245) pour une mandoline dont le design est en rupture avec les modèle classique. Il décide de quitter sa ville natale (Chateaugay, New-York) pour s'installer à Kalamazoo (Michigan) pour créer son atelier de lutherie. Il crée "Gibson Mandolin-Guitar Manufacturing Co., Limited" avec 5 associés qui deviendra Gibson Inc. en 1917. Orville Gibson atteint d'une maladie chronique décède l'année suivante.

1936 - La première guitare électrique

-
- © Gibson

En deux décennie, Gibson arrive à s'imposer dans les instruments à corde acoustiques, mais les guitaristes de jazz n'arrivent pas à se faire entendre dans des orchestres où les cuivres et les percussions dominent. Gibson cherche à électrifier ses guitares. Un micro est développé au début des années 30 et équipera le modèle ES-150 en 1935. Les deux lettres signifient Electric Spanish et le chiffre correspond au prix de vente, soit 150 dollars avec un ampli.

1942 - Succès, pénurie, guerre et rachat de l'entreprise

La production tourne à plein tube jusqu'en 1942, année où elle s'arrête à cause des contraintes liées à la guerre qui crée des pénuries de matière première et de main d'œuvre. Les guitares se font rares et la demande augmente. La production ne reprendra qu'en 1945. Mais juste avant, le groupe Chicago Musical Instrument (CMI) prend le contrôle de l'entreprise. Elle décide d'installer les services commerciaux à Chicago, mais laisse la production à Kalamazoo.

1952 - Lancement de la Les Paul

-
- © Gibson

Jusque dans la fin des années 40, Gibson ne produit que des guitares au corps creux. L'arrivée de Fender en 1946 bouscule la société qui cherche à créer une guitare "pleine" en évitant de trop l'alourdir pour permettre aux musiciens de jouer debout. Elle s'associe au guitariste de jazz Les Paul pour produire un modèle qui deviendra vite emblématique. Il sera décliné dans des dizaines de couleurs, de configurations de micros et de nombreuses variantes. La Les Paul sera, avec la Stratocaster de Fender la guitare la plus copiée du monde. Aujourd'hui, les premiers modèles sont recherchés par les collectionneurs. En 2015, une Les Paul "Black Beauty" de 1954 a été vendue 335.000 dollars.

1957 - Rachat du concurrent Epiphone pour 20.000 dollars

-
- © Epiphone

Epiphone fabrique depuis 1873 à Long Island des instruments de grande qualité dans l'esprit de Gibson. Son fondateur, Epaminondas Stathopoulos, décède en 1943 et son jeune frère, Orphie, n'a pas le talent nécessaire pour gérer l’entreprise qui rencontre de sérieuses difficultés dix ans plus tard. Ted McCarthy, patron de Gibson depuis 1950, la rachète en 1957 pour 20 000 $. Les premières guitares Epiphone "made by" Gibson sont produites à Kalamazoo, avec la gamme Gibson. En 1969, avant d'être fabriquées au Japon en 1969.

1963 - Gibson s'inspire de l’automobile et vire au psychédélique

-
- © Gibson

L'année 1963 est millésime dans la musique. Fender devient une marque culte à cette période chez les premiers musiciens de rock, Gibson tente un virage dans la modernité. Ted McCarty embauche le designer Ray Dietrich, un star de l'industrie automobile qui est déjà à la retraite. Il crée la Firebird et la basse Thunderbird en 1963, puis la Flying V en 1965 qui a été popularisée par Jimi Hendrix. La production des Les Paul s'arrête pour reprendre en 1968 pour répondre à la demande.

1984 - Fermeture du site de Kalamazoo

En 1974, la production s'accélère et Gibson crée une nouvelle usine à Nashville ((Tennessee) pour fabriquer les guitares acoustiques. Peu à peu, le site prend de l'ampleur et réalise l’ensemble de la gamme. En 1984, Kalamazoo ferme et Nashville deviend le siège de la marque. Une page se tourne.

2014 - Le rachat de Philips pour 135 millions de dollars

La concurrence se fait rude et le groupe veut se diversifier dans l'audio grand-public. Il rachète de nombreuses entreprises parmi lesquelles le néerlandais Philips pour 135 millions de dollars. Avec ces acquisitions, le chiffres d'affaires explose en passant de 300 millions de dollars à 2,1 milliards de dollars en 2014. Les trois quart proviennent des produits électroniques. Le groupe digère mal cette diversification et rapidement, les marges fondent avec le chiffre d'affaires qui chute de moitié en un an. Le groupe s'endette dangereusement.

2018 - Gibson dépose le bilan

Le 1er mai, Gibson annonce dépose le bilan. L'entreprise devait rembourser ou refinancer 375 millions de dollars d'obligations avant le 1er août. Le groupe ne jette pas l'éponge pour autant. Il met sur pied un plan de continuation d'activité avec l'accord de la majorité de ses créanciers. Dans un communiqué, il annonce sa décision de se concentrer sur les instruments de musique et les systèmes de sonorisation professionnels.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco