BFM Business

Maurice Lévy (Publicis): la révolution numérique est un "tsunami"

Maurice Lévy a rappelé que Publicis a pris le virage du numérique depuis 2005

Maurice Lévy a rappelé que Publicis a pris le virage du numérique depuis 2005 - BFM Business

Le PDG de Publicis était l'invité de BFM Business ce lundi 8 décembre. Il est revenu sur la transformation de son entreprise à l'heure de la révolution numérique et a appelé l'exécutif à comprendre la grogne des petits patrons.

Publicis se transforme. Signe de cette métamorphose, après le mariage avorté avec Omnicom, le groupe publicitaire a annoncé le 3 novembre dernier, le rachat de Sapient, société américaine spécialisée dans le marketing et la communication numérique.

Ce qui doit permettre au groupe d'accentuer son virage dans le digital. "On est en face d'un véritable tsunami, une révolution exceptionnelle, c'est la révolution numérique", a commenté son PDG Maurice Lévy, invité de BFM Business ce lundi 8 décembre.

"Nous sommes déjà le numéro un mondial (dans le digital, ndlr), et avec l'acquisition de Sapient, dont on espère qu'elle sera conclue au début de l'année prochaine, nous saurons consolider cette position et apporter à nos clients des services complémentaires", a-t-il expliqué.

Ce rachat doit notamment apporter "de la technologie", a fait valoir Maurice Lévy. "Je n'oublie pas que j'ai été informaticien dans une vie antérieure et je sais ce que peut être l'influence de la technologie".

Publicis destiné à être "un acteur majeur du numérique"

Le PDG de Publicis a rappelé que ce tournant pris par son groupe sur le digital est un travail "que nous faisons depuis 2005". "Nous avons eu cette intuition que le numérique allait venir fortement et nous avons été les premiers à faire une acquisition majeure".

Et Maurice Lévy de déduire "que nous sommes destinés à être un acteur majeur du secteur numérique".

Une révolution qui est désormais bien en marche. Dès 2015 la moitié du chiffre d'affaires de Publicis proviendra du numérique et "dans trois à quatre ans ce sera plus de 60%", a indiqué Maurice Lévy.

"On est les rois de la bureaucratie"

Invité, ensuite, à s'exprimer sur la grogne des patrons, le PDG de Publicis "comprend que les patrons soient mécontents" même si ce n'est "pas (son) genre", d'aller manifester dans la rue. "Il y a un mal-être, un mal de vivre qui doit être compris. Ce malaise existe dans les grandes entreprises; il existe encore plus fortement dans les petites entreprises", a-t-il affirmé.

Pour expliquer ce malaise, Maurice Lévy a jugé qu'"on est les rois de la bureaucratie: on est train de créer des tonnes de documentation de papier de bureaucratie qui empêchent les entreprises de se développer, en particulier les petites et les moyennes".

"Cessons ce jeu. Cela ne sert à rien, ça ralentit la croissance française et pénalise l'économie", a-t-il pesté. Maurice Lévy a également profité de l'occasion pour appeler à "faire sauter les 35h" et "réduire le coût de la dépense publique". "Je suis vexé personnellement que ce soit Madame Merkel, ou Cameron, ou Bruxelles qui nous donnent des leçons. Pour la dignité et l'orgueil français, je voudrais qu'on traite nos problèmes nous-même et qu'on les prenne à bras le corps".

>> Vous payez plus de 3 000 € d’impôts par an ?

Ne payez plus d’impôt grâce à la loi Pinel ! Téléchargez notre guide gratuit

Julien Marion