BFM Business

Les ventes de feux d'artifice automatiques montent en flèche

Les feux d'artifice, professionnels comme amateurs, sont particulièrement prisé le 14 juillet. (photo d'illustration)

Les feux d'artifice, professionnels comme amateurs, sont particulièrement prisé le 14 juillet. (photo d'illustration) - -

Les ventes de kits prêts à utiliser seraient en hausse de 30%, et certaines mairies utilisent même ces feux le 14 juillet pour éviter de faire appel à un pyrotechnicien. Mais les conditions de vente en ligne inquiètent certains professionnels.

Malgré les restrictions légales, les feux d'artifice sous forme de kits prêts à utiliser sont de plus en plus populaires, tout particulièrement autour du 14 juillet. Depuis une dizaine d'années, les particuliers peuvent presque s'imaginer pyrotechniciens grâce à des boîtes toutes prêtes, achetées dans des magasins de farce et attrapes, chez des pyrotechniciens professionnels ou sur internet.

Ces modèles de feux d'artifice automatiques ne demandent aucun permis de pyrotechnicien, ni aucune autorisation pour être tiré dans un terrain privé, contrairement à certains modèles de fusée ou aux mortiers.

Les plus petits modèles se vendent à 20 euros pour quelques fusées, alors qu'une boîte complète, qui offre un spectacle de plus de cinq minutes, peut valoir 1.000 euros ou plus. Et si certains se tournent vers des kits déjà prêts à utiliser, d'autres préfèrent acheter plusieurs fusées pour les combiner et concevoir leurs propres feux.

Des feux d'artifice sans permis

Pour ce prix-là, les particuliers peuvent littéralement rivaliser avec les feux publics: "un de nos clients était énervé de voir que sa mairie allait tirer son feu le 11, pour éviter la Coupe du Monde", s'amuse Antoine Cohen, de la boutique parisienne Aux feux de la fête. "Alors il a acheté son propre feu".

Les pyrotechniciens du site internet TB Pyro, qui fournissent également des mairies pour leurs feux annuels, explique d'ailleurs que les feux de certaines petites villes sont maintenant automatisés.

"Depuis 2010, les pyrotechniciens doivent faire plus de 3 feux en deux ans pour renouveler leurs licences. Les employés de mairie, qui n'en font qu'un par an, perdent leur licence, et la mairie doit se tourner vers des boîtes automatiques", raconte Pierre-Arnaud Bomont, responsable commercial du site.

Le site internet, qui vend ces boîtes automatiques en ligne, estime que le chiffre d'affaires du marché augmente de 30% chaque année depuis les nouvelles normes de 2010, même s'il reconnaît que pour l'instant, le marché reste relativement petit, sans donner de chiffre précis.

Des kilos de poudre envoyés par la Poste

Mais une ombre pourrait gâcher les feux des amateurs: alors que la législation est très stricte sur les normes de stockage, certains sites envoient directement les fusées par la Poste. "Cela manque complètement de sécurité!", s'indigne le gérant de la boutique parisienne, Pierre Sfez.

Le responsable commercial de TB Pyro, qui préfère gérer les livraisons en interne, en rajoute: "Il peut y avoir quatre kilos de poudre dans une camionnette de la Poste, qui transporte aussi des peintures ou de l'alcool. J'imagine ce que ça peut donner."

Selon Pierre Sfez, les normes locales ne sont pas non plus forcément respectées par les sites internet. "Nous devons cacher les fusées la semaine du 14, en Ile-de-France, et la vente comme l'utilisation sont interdites par la préfecture. Mais on peut toujours en acheter en ligne."

Joseph Sotinel