BFM Business

Les perles des meilleurs livres d'économie financière

Le grand prix Turgot du meilleur livre d'actualité financière a été remis mercredi à "Guerre et Paix entre les monnaies".

Le grand prix Turgot du meilleur livre d'actualité financière a été remis mercredi à "Guerre et Paix entre les monnaies". - Groume - Flickr - CC

Le grand prix Turgot du meilleur livre d'actualité financière a été remis mercredi à "Guerre et Paix entre les monnaies". Les meilleures anecdotes autour de ce prix qui existe depuis 1994.

"Guerre et Paix entre les Monnaies", de Jacques Mistral. Ce titre, qui démontre que la reprise économique ne tiendra que si la coopération internationale s'améliore, a obtenu le prix du meilleur livre d'économie financière. Le Grand prix Turgot, remis à l'auteur et ancien conseiller de Michel Rocard des mains du ministre des Finances, Michel Sapin, mercredi à Bercy, en est à sa 28ème édition. Le Cercle du même nom, composé de professionnels de la finance et de l’économie et d'universitaires, l'a créé en en 1994. Et comme chaque concours, il a son collier de perles. Florilège.

> "L'Argent, la Finance et le Risque" primé à quelques mois de la crise financière

Moins de deux ans avant la crise des subprimes, la récompense est attribuée à André-Lévy Lang, ex-directeur de Paribas, avec "l'Argent, la Finance et le Risque". Un ouvrage où il explique à quel point la finance, la spéculation et les produits financiers complexes sont utiles à tous et bénéfiques à l'économie. Une théorie visionnaire. L'auteur sera finalement nommé président de la Fondation du risque, reconnue d'utilité publique. Créée en 2007, elle a pour mission de faire de la prévention sur, notamment, les risques liés à la finance…

> Un pied de nez au pouvoir en place

Le prix Turgot bénéficie du haut parrainage du ministère des Finances. Mais Bercy ne pèse pas bien lourd au sein du jury, avec un seul représentant sur 20 membres, issu de l'agence France Trésor. Chaque année, la remise de prix a lieu au ministère, et c'est le ministre des Finances en personne qui le remet de ses mains. Avec des situations parfois cocasses, raconte Jean-Louis Chambon, le président du prix Turgot. L'année dernière, le ministre Bernard Cazeneuve, "au demeurant un monsieur adorable", a dû récompenser un ouvrage intitulé "Chômage: inverser la courbe", à l'heure ou "toute la France se gaussait des velléités du gouvernement à cet égard", sourit le président du jury. Comble de l'ironie, son auteur, Bertrand Martinot, est l'ex-délégué général de l'emploi, justement "viré par les socialistes nouvellement élu en 2012"! 

> Thomas Piketty snobe le concours

L'économiste star, Thomas Piketty aurait pu faire partie des sélectionnés en 2014. Mais "il n'y a pas de vache de sacrée, qu'ils soient Nobel ou hyper-reconnus, les auteurs doivent respecter le processus", souligne Jean-Louis Chambon. C'est-à-dire, être en concurrence avec d'autres candidats, et ne pas connaitre le résultat avant la date de remise du prix. Le vote s'effectue en effet à bulletin secret, un mois avant la cérémonie. Thomas Piketty qui n'a pas voulu de la Légion d'honneur refuse ces règles du jeu. Il sera donc éliminé d'office en 2013.

> Le livre qui ne gagne rien à être récompensé

Hormis un trophée doré, le lauréat du Grand prix du livre d'économie financière ne gagne aucune récompense pécuniaire. Mais le prix Turgot est un "accélérateur de ventes", assure Jean-Louis Chambon, le président du prix. Le tirage, généralement entre 2.000 et 3.000 exemplaires pour ces livres, dépasse alors les 10.000, assure les organisateurs du prix. Excepté pour ceux qui vendaient déjà beaucoup avant d'être distingué par le jury. Ainsi Daniel Cohen avec "La prospérité du Vice", n'a pas attendu sa distinction en 2009 pour devenir un best-seller. De manière "totalement inattendue", raconte Jean-Louis Chambon, il a été tiré à 150.000 exemplaires… avant même d'être primé.

Nina Godart