BFM Business

Les débuts modestes de Studio+, le nouveau service de vidéo sur mobile

Le projet représente un investissement de 70 millions d'euros

Le projet représente un investissement de 70 millions d'euros - Capture Studio+

Seuls 30.000 épisodes auraient été visionnés depuis le lancement du service en France fin novembre. La production de nouveaux épisodes a été suspendue.

Le 24 novembre 2016, Vivendi et sa filiale Canal Plus lançaient en France un nouveau service de vidéos destiné au téléphone mobile: Studio+.

Six mois plus tard, le bilan est mitigé. Selon un pointage effectué en mars, environ 30.000 épisodes auraient été visionnés en France. Interrogé sur ce chiffre, Canal Plus n'a pas répondu.

Le succès n'est pas encore au rendez-vous

Mais plusieurs autres signes indiquent que le succès n'est pas encore au rendez-vous. D'abord, Studio+ a arrêté de commander de nouvelles séries. "Il est vrai que nous allons marquer une pause de deux mois dans les mises en production des projets, mais c'est un simple décalage", a confirmé le directeur de Studio+ Gilles Galud dans Satellifax.

Ensuite, Studio+ comptait beaucoup sur les opérateurs mobiles pour commercialiser son service. Des accords ont été signés en ce sens avec Orange et Bouygues Telecom. Mais le service n'a été proposé que tardivement (le 23 janvier chez Bouygues, en avril chez Orange) et discrètement (le service n'a pas été mis en avant auprès des abonnés des deux opérateurs).

Un tarif qui reste élevé

Le concept de Studio+ se voulait innovant: des séries destinées à être regardées sur téléphone mobile, en dix épisodes de 10 minutes chacun. Ce concept a ensuite été repris par un service rival, Blackpills, qui vient d'être lancé.

Plus qu'au concept, ces difficultés sont donc peut-être dues au prix du service. En effet, l'abonnement à Studio+ est facturé à 4,99 euros par mois. "Le modèle d'un abonnement à 4,99 euros par mois est trop cher. Le modèle de Blackpills à seulement 1,99 euro est meilleur", estimait récemment le producteur Emmanuel Chain (Elephant) lors d'un déjeuner de l'Association des journalistes médias.

Certes, les abonnés de Canal Plus bénéficient d'un tarif réduit à 3,99 euros par mois, et ceux d'Orange d'un tarif à 2,99 euros par mois. Enfin, chez Bouygues Telecom, il est inclus dans les forfaits Sensation 5 Go et plus. 

70 millions d'euros investis

La rentabilité du projet Studio+ est d'autant plus cruciale qu'il représente un investissement conséquent. À raison d'un million d'euros par série, 35 millions d'euros ont déjà été investis en 2016, et 35 millions supplémentaires devaient aussi être investis en 2017 -avant que le projet ne soit mis en pause.

À l'origine, toutes les séries (25 par an) devaient être produites par Studio+. Puis, afin d'enrichir le catalogue à moindre coût, il a été décidé d'acheter des séries produites par des tiers, des courts métrages unitaires, ou d'anciennes séries courtes déjà diffusées sur Canal Plus (Turbulences) ou CanalPlay (Frat). Finalement, le service proposait au lancement sept séries produites en propre, et 16 aujourd'hui (cf. ci-dessous).

Rappelons que le service a aussi été lancé en Amérique latine (commercialisé par Telefonica) et en Italie (commercialisé par Telecom Italia).

Les séries produites par Studio+

Tank (France) Turbulences (France) Amnesia (France) Yes I do (France) Deep (France, Monaco) Urban jungle (Grande-Bretagne) Surf therapy (Grande-Bretagne, Maroc) Joy (Etats-Unis) Brutal (Thaïlande) Madame Hollywood (Canada) Kill skills (Danemark) o (Danemark) Out there (Argentine) Lifer (Bolivie) Blanca (Colombie) Crime time (Brésil) Aj Zombies (Pérou, prochainement en ligne) Death corner (Brésil, prochainement en ligne) Le dernier combat (France, en tournage) Camionero (Colombie, en tournage) Faith (France, en tournage) Rio, moi non plus (Brésil, en tournage)

Jamal Henni