BFM Business

Les contribuables du Mans vont-ils payer la faillite de leur club de foot?

La MMArena a nécessité un investissement de 104 millions d'euros.

La MMArena a nécessité un investissement de 104 millions d'euros. - -

Le club de football du Mans a été placé en liquidation judiciaire, mardi 15 octobre. En l'absence de club résident, la concession du stade local pourrait s'arrêter, et coûter cher aux contribuables locaux.

Même si la décision était attendue, le coup est rude pour Le Mans. Mardi 15 octobre, le tribunal de commerce de la cité mancelle a officialisé le placement en liquidation judiciaire du club local, Le Mans FC.

Ce dernier perd de ce fait son statut de club professionnel, avec une dette estimée à 14 millions d’euros, que ses actifs pourraient avoir du mal à éponger.

Mais le club sarthois laisse surtout derrière lui un stade quasi neuf, la MMArena. Une enceinte de 25.000 places disproportionnée, à l’image des ambitions du Mans FC, qui rêvait de Ligue des Champions.

Ce nouvel écrin s’est révélé coûteux, puisque 104 millions d’euros ont été investis, via un partenariat public-privé avec Vinci.

La Ville, elle, a financé le projet à hauteur de 31,5 millions d’euros, quand le département et la région ont apporté 17,5 millions. Vinci, concessionnaire du stade, 52 millions. Le reste provient de MMA, qui accolé son nom au stade pour environ 13 millions d’euros.

Quid de la concession?

Actuellement, la mairie du Mans et Vinci négocient afin de "trouver un modèle économique transitoire", selon le groupe de construction. Les deux parties n’ont plus que deux mois pour se mettre d’accord.

Si tel n’est pas le cas, Vinci pourrait réclamer une compensation allant jusqu’à plusieurs dizaines de millions d’euros. Ce qui pourrait faire grimper la dette de la ville, qui se situait en 2012 légèrement en dessous de la moyenne nationale.

Dans le meilleur des cas, Vinci pourrait poursuivre la concession du site, mais avec des conditions plus avantageuses.

De son côté, la municipalité fait savoir qu’il est "quelque peu prématuré de communiquer un montant" , précisant que "les chiffres les plus fous ont circulé (…), des chiffres n’existant nulle part" (Certaines sources avaient, un temps, évoqué la somme de 40 millions d’euros).

Elle assure également que Vinci veut "continuer" le contrat de concession. Interrogé, le concessionnaire indique n’avoir pas pris de décision.

Yann Duvert