BFM Business

Le Qatar fait les yeux doux à Balmain

Olivier Rousteing a repris la direction artistique de Balmain en 2011.

Olivier Rousteing a repris la direction artistique de Balmain en 2011. - Martin Bureau - AFP

"Un an après la mort de son ancien patron, la maison de couture française tente de se vendre. Trois acquéreurs sont en lice mais le Qatar serait en pole position."

Balmain ne sera bientôt plus Français. Un an après la mort de son ancien patron, Alain Hivelin, la maison de couture cherche à se vendre. Trois acquéreurs sont sur les rangs, affirment Les Échos: un groupe chinois, un investisseur américain et le Qatar.

Et ce dernier a toutes les chances de remporter la mise. Tout d'abord, "le Qatar a déposé une marque d'intérêt préemptive de l'ordre de 500 millions d'euros", avant même le départ d'enchères, précise le journal. Un prix supérieur aux estimations attendues puisqu'elles étaient situées entre 300 et 400 millions d'euros.

Dernière volonté

De plus, avant de mourir, Alain Hivelin avait une dernière volonté: que sa maison de couture reste dans l'univers du luxe. D'après le quotidien, cela ne serait pas le cas avec le Chinois et l'Américain. En revanche, le Qatar est propriétaire de Valentino, maison de mode italienne, depuis 2012. Le souhait serait donc respecté.

Créée en 1945 par le couturier Pierre Balmain, la maison connaît un nouvel élan sous l'impulsion de son directeur artistique depuis 2011, Olivier Rousteing.

D. L.