BFM Business

Le PSG surclasse ses adversaires sur le terrain financier

Zlatan Ibrahimovic est le deuxième joueur le mieux payé au monde avec 14 millions d'euros net par an.

Zlatan Ibrahimovic est le deuxième joueur le mieux payé au monde avec 14 millions d'euros net par an. - -

Le Paris Saint-Germain affrontait Lorient, ce samedi 11 août, pour le compte de la première journée du championnat de France. Le club de la capitale est le grand favori pour le titre grâce aux investissements colossaux consentis par ses propriétaires qataris.

Ce samedi 21 août, le PSG entamait le championnat français avec un match nul face à Lorient (2-2). Et, cette année, le club de la capitale déborde d’ambitions sur le plan sportif. Tous les spécialistes s’accordent d’ailleurs à dire que le club devrait écraser la concurrence en Ligue 1. Il faut dire que jamais dans l’histoire du championnat de France un club français n’avait autant dominé ses rivaux sur le terrain économique.

L’Etat du Qatar, propriétaire du PSG via son fonds QSI (Qatar Sports Investments), a accordé à son club un budget de 300 millions d'euros pour la saison 2012-2013. C’est tout simplement le cinquième budget le plus important pour un club de football au niveau mondial, et près de deux fois celui de l’Olympique lyonnais (145 millions), le deuxième club français le plus riche.

Mais ce sont surtout les investissements réalisés par le PSG sur le marché des transferts qui étonnent. Dernière surprise en date, le recrutement du prodige brésilien Lucas Moura, qui arrivera cet hiver, pour 45 millions d'euros.

Le club le plus dépensier de la planète

Cette arrivée vient notamment s’ajouter à celle des deux stars du Milan AC, le Suédois Zlatan Ibrahimovic pour 20 millions d’euros et le Brésilien Thiago Silva pour 49 millions d'euros.

Bref, bonus inclus, le PSG vient de débourser en quelques semaines 160 millions d’euros pour cinq joueurs, ce qui en fait le club le plus dépensier de la planète, et de loin.

Ces montants n’ont bien évidemment pas d’équivalent en France. Lille, deuxième club le plus dépensier de Ligue 1, a investi 12,8 millions sur le marché des transferts.

Le Qatar dépense donc beaucoup. Et pour l'instant, les recettes ne semblent pas être la préoccupation numéro un. Le déficit du PSG pour la saison dernière est estimé à 150 millions d'euros.

Dorothée Balsan et BFMbusiness.com