BFM Business

Le Printemps passe sous pavillon qatari

Le Printemps est désormais à 100% Qatari.

Le Printemps est désormais à 100% Qatari. - -

La vente de 100% du capital du grand magasin à une société d'investissement détenus par des Qataris a été officialisée ce mercredi 31 juillet.

Le Printemps, le fameux grand magasin voisin des galeries Lafayette sur le boulevard Haussmann, est désormais qatari. Les investisseurs de l'émirat gazier, réunis au sein du fonds Divine Investments SA (Disa), ont annoncé mercredi 31 juillet avoir finalisé la vente, que l'autorité de la concurrence avait validée en juillet, sans toutefois spécifier son montant. Le site Médiapart le chiffre à 1,6 milliard d'euros.

Alors qu'il était un temps question d'un partenariat entre les Qataris et l'Italien Borletti, actionnaire à 30% du printemps, Disa a finalement acquis 100% du capital du magasin. Les 30% de Borletti, et 70% détenus jusque-là par la Deutsche Bank.

Dans le communiqué, le repreneur explique vouloir "poursuivre le développement du Groupe Printemps tant à Paris qu'en province, et de contribuer au rayonnement à l'international de ce symbole de la mode et du luxe à la française".

10% des investissements étrangers du Qatar en France

Ce rachat marque un nouveau pas d'importance dans la stratégie d'investissements du Qatar en France, qui accueille environ 10% des investissements de l'émirat à l'étranger. Outre ses participations dans le sport et les médias, l'émirat a déjà investi dans des hôtels de luxe français, comme le Royal Monceau, le Carlton et le Martinez à Cannes, ou le Palais de la Méditerranée à Nice.

Le Printemps a réalisé près de 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2012 dont la moitié dans le magasin historique du boulevard Haussmann et a dégagé un résultat opérationnel de 40 millions d'euros. Il avait été cédé en octobre 2006 par PPR pour 1,075 milliard d'euros.

Le groupe emploie plus de 3.000 personnes et compte 16 grands magasins au total auxquels s'ajoutent un pôle sport comprenant deux enseignes, Citadium et 12 Made in Sport.

Nina Godart et AFP